Tenrikyo Europe Centre

Loading ...

Discours du Service mensuel de décembre '17

Maria Nazareht MONDELO CARBALLADA (Chef de Galicia Casa Missionera)

J'aimerais vous raconter aujourd'hui brièvement l'histoire du commencement de Tenrikyo en Galice et aussi de mes propres débuts dans Tenrikyo.

Notre Fukyosho, Mission poste débute à Tui, une petite ville de Galice, située au bord du fleuve Miño, qui est à la frontière du Portugal, pays où l'on peut aller à pied en traversant un pont.

La fondation eu lieu le 3 juin 1994. Le service d'intronisation fut présidé par le chef de l'époque, Révérend Shin.

L'année 2000, Monsieur Kodama et son épouse, Pilar sont partis au Japon pour visiter leur famille. Pilar visite pour la première fois le Jiba et elle y achète des livres et des fascicules. Dans l'avion de retour, elle se met à les lire et arrivée à la Coruna, elle écrit au Kaigaibu, Direction des missions étrangères de l'Eglise-Mère pour demander s'il y a un missionnaire en Espagne afin de pouvoir le contacter. C'est ainsi qu'elle a connu Maria et le Fukyosho qui se trouve à Tui.

Après être venue au Tsukinamisai, Service mensuel durant un certain temps et après les conversations et les autorisations correspondantes, Maria et le Fukyosho déménage en la Coruna durant l'année 2002.

Quant à moi, je suis arrivée sur cette voie par ma fille Ayssa, étudiante de karaté dans un gymnase de Monsieur Kodama. Le 28 août 2002, j'ai reçu mon premier Sazuke. Ma fille reçu le don du Sazuke en janvier 2004 et elle suivit les cours du Shuyoka en avril.

Je suis née et j'ai grandi au sein d'une famille catholique, religion que j'ai toujours suivie jusqu'à ce qu'un certain moment de ma vie et que pour diverses circonstances j'ai senti que l'Église Catholique ne m'apportait pas ce dont j'avais besoin. Et alors, j'ai cessé de pratiquer et d'assister à ses rites. Par contre, j'ai continué à croire fermement en Dieu et en priant une prière qui, pour moi fut très importante, le NOTRE PÈRE.

Lorsque j'ai commencé à frequenter le Fukyosho, je ne savais rien sur Tenrikyo. Je ne savais pas si c'était une secte ou quel type d'enseignement ils avaient mais je n'avais aucune inquiétude parce que c'est Monsieur Kodama qui me l'avait recommandé. j'avais et j'ai entièrement confiance en lui. Et j'ai aussi pensé : « je n'ai rien à perdre et je peux peut-être gagner beaucoup. »

Mon mari, qui était un catholique fervent, n'aimait pas que sa fille et son épouse, fréquentent le Fukyosho, la mission poste de Tenrikyo. Nous lui disions que nous allions à des cours de Chi Kung au gymnase.

Sans qu'il y soit forcé, mon mari commence à prendre du café avec Maria, Maria profita alors de ces moments pour parler de ce Chemin.

Ma mère décéda en février 2004, c'était une personne merveilleuse et elle me manque toujours beaucoup. Depuis l'arrivée de Maria en la Cologna, ma mère reçu le Sazuke dévotement.

Alex et Dani sont nés en août et en septembre de cette même année, deux de mes petits-enfants. Ayssa avait rêvé qu'Alex naissait sourde. A ces moments-là avec une relative inquiétude, j'ai fait un accord avec Oyasama. Si les enfants naissaient en bonne santé, je recevrais alors le Don de Sazuke et je ferais Shuyoka. Les enfants sont nés en parfaite santé et j'ai reçu le don du Sazuke le 23 janvier 2005.

En janvier 2006, mon mari a eu un infarctus, il a été au bord de la mort et il aurait pu rester dans un état végétatif. Grâce à la protection divine d'Oyagami-sama et d'Oyasama, rien de tout cela n'arriva. Et lorsque qu'il sorti de l'hôpital, il décida de partir au Jiba pour recevoir le don du Sazuke et faire Shuyoka avec moi.

Il reçu le don divin le 26 juillet 2006 puis nous commençâmes les cours de Shûyoka enseignés pour la première fois en espagnol. En le réalisant, j'ai senti dans mon coeur que je suivrait ce chemin pour le restant de mes jours.

Maria pour des raisons familiales a dû retourner à Buenos Aires et le Kaicho san m'a demandé que je prenne le Fukyosho en charge. J'ai accepté et j'ai fait le cours de la formation pour devenir chef d'une église, Kenteikoshu, en avril 2009 et depuis, je me charge la mission.

Le chemin n'a pas été facile car je n'avais aucune expérience et j'étais une nouvelle venue. J'ai reçu le Sazuke depuis seulement 4 ans et je connaissais difficilement les Hymnes Sacrés. Grâce à la collaboration de mes confères Yoboku, nous avons pu parvenir jusqu'à ce jour où nous continuons de travailler dans la tâche difficile d'aider ceux qui ont besoin de nous et de propager l'Enseignement d'Oyasama.

J'ai eu au cours de ces années de nombreuses experiences, très positives. J'ai senti la protection divine en moi et sur ma famille.

Ces dernières années, depuis le décès de mon mari, j'ai suivi diverses opérations chirurgicales délicates desquelles j'ai très bien pu récupéré grâce au fait qu'Oyasama m'accompagnait toujours chez le chirurgien. Je lui disais : «  Mère, n'oublie pas qu'aujourd'hui on va chez le chirurgien. » Oyasama n'a jamais oublié. Je voudrais simplement ajouter que je continue de croire que celui-ci est le chemin que je veux suivre et que ma détermination à servir à Oyasama est sincère et que je serai toujours à son service pour aider ceux qui ont besoin de trouver sa Voie.

Je ne peux cesser de remercier Révérend Shin, Kaicho-san au moment où j'ai connu le Tenrikyo pour ses conseils, sa patience et sa confiance en moi. Du fait de mon manque d'expérience, j'ai eu un certain moment de profond désaccord avec lui. Aujourd'hui, je ressens une profonde affection et un grand respect pour Révérend Shin et son épouse.

Notre actuel Kaicho-san, Révérend Yoshikuni Naito, est à mes côté depuis que je suis rentrée au Jiba pour recevoir le don du Sazuke. J'ai toujours compté sur son amitié au niveau personnel et il nous a montré son appui et son affection à mon mari et à moi. Aujourd'hui, en tant que Kaicho-san, chef de notre Église, il a le respect, la confiance et l'affection de nous tous, les croyants de Tenrikyo de Galice.

Je voudrais remercier Hasegawa-san de m'avoir accordé cette opportunité de parler du commencement de la Voie en Galice mais aussi de mon propre commencement. Merci beaucoup Hasegawa-san et merci à vous tous pour votre attention.