Tenrikyo Europe Centre

Loading ...

Discours du Grand Service de janvier '15

Yoshihisa HASEGAWA (Chef du TEC)

Bonjour à vous tous. Bonne Année ! Nous tous, les officiants du Service et les fidèles ici présents, venons de terminer sans aucun problème la Grande Célébration de Janvier, dans la joie et à l'unisson des cœurs. Je vous en remercie. J'aimerais maintenant et pendant un moment partager avec vous certaines de mes pensées.

Je voudrais tout d'abord exprimer ma profonde gratitude aux membres du comité du TEC, pour leur sincère hinokishin dans les activités et événements du TEC de l'an passé, malgré leurs activités dans leur propre centre de mission, leurs occupations, et diverses autres difficultés. Je voudrais également exprimer mes remerciements les plus sincères aux autres fidèles et à leurs enfants pour leur contribution au TEC en plus du hinokishin dans leur propre centre de mission. Je vous demande à tous de continuer de soutenir le TEC tout au long de la nouvelle année.

Nous venons maintenant d'effectuer la Grande Célébration de Janvier. En effectuant la Grande Célébration d'aujourd'hui, il est important de nous remémorer la fin du modèle d'Oyasama et de renouveler à Oyasama notre gratitude pour son amour parental sans bornes. Le 26 janvier 1887, Oyasama s'est faite invisible afin de hâter le salut du monde, et elle a commencé d'accorder plus largement le principe du Sazuke.

Même si nous ne pouvons pas la voir de nos propres yeux, Oyasama va partout dans le monde, elle nous guide et nous éduque, nous les Yôboku, pour que nous devenions les instruments en vue de la réalisation du monde de la Vie de Joie. Éprouver dans notre cœur de la gratitude pour Oyasama qui, voulant sauver l'humanité entière, a écourté sa vie de 25 ans, c'est nous demander à nous-même dans quelle mesure nous répondons à son amour parental.

L'amour parental d'Oyasama c'est, en un mot, un cœur dévoué au salut en toute intégrité. Le Modèle d'Oyasama est le modèle du salut en toute intégrité. Ce qu'il y a de constant dans ses orientations, c'est son amour parental qui veut sauver tous ses enfants : il se manifeste dans la fondation de Tenrikyô, le Modèle d'Oyasama, l'origine de l'anniversaire d'Oyasama, et la vérité d'Oyasama toujours vivante.

Actuellement, nous sommes instamment priés de réaliser l'œuvre de salut dans les activités des « trois ans, mille jours » conduisant au 130e Anniversaire d'Oyasama. Il va sans dire que le fondement de la pratique de notre foi est de rendre effectif dans le monde le salut intègre qu'enseigne l'amour parental de Dieu Parent et d'Oyasama, en commençant par le partager avec notre entourage. Pour nous tous, les fidèles, pratiquer réellement notre foi consiste à célébrer le service, œuvrer au salut, et faire le hinokishin. Et aussi, à exhaler le parfum des enseignements, rentrer au Jiba, semer les graines de sincérité sous diverses formes.

Par conséquent, nous devons nous assurer de pratiquer notre foi en lien avec le salut. Le résultat de nos pratiques peut s'avérer complètement différent selon que nous sommes ou non animés par le désir de sauver.

Sommes-nous reconnaissants pour les surabondantes protections que nous recevons tous les jours ? Exprimons-nous notre gratitude en célébrant sincèrement le service chaque matin et chaque soir pour balayer les poussières de notre cœur ?

Parmi les pratiques que je viens de mentionner, le service ne vise pas seulement le salut des maladies et des difficultés, mais il est la source du salut en toute intégrité, de sorte que le service doit être effectuée pour prier pour le salut universel et la reconstruction du monde de la Vie de Joie.

Exhaler le parfum des enseignements, c'est transmettre la voix du Parent à ceux qui ne connaissent pas le Parent véritable, et les guider vers la Voie sur laquelle ils seront vraiment sauvés.

Le hinokishin, comme nous le voyons dans l'exemple du Honseki, Izô Iburi, est une pratique qui commence par la joie et la gratitude d'avoir été sauvés. C'est aussi un acte qui exprime nos remerciements pour les protections que nous recevons tous les jours.

Le retour au Jiba a pris sa source dans la visite que des gens qui souffraient de maladies ou qui avaient des difficultés et des soucis rendaient à Oyasama pour lui demander d'être sauvés. Lorsque nous semons une graine de sincérité au Jiba où demeure Oyasama toujours vivante, Dieu Parent reconnaît cette graine et nous en multiplie pour nous, c'est un trésor qu'il accorde pour toute la vie et à toute la famille, trésor qu'aucun incendie ne brûlera jamais et que jamais personne ne pourra dérober.

En cette saison des activités des trois ans, mille jours, s'engager dans l'œuvre de salut signifie revenir au point de départ et accomplir l'œuvre de salut avec une forte détermination.

Au TEC, dès le début des activités des « trois ans, mille jours », nous avons exécuté tous les jours, après les services du matin et du soir, et à la demande des fidèles d'Europe, un service de guérison pour les personnes qui souffrent de maladie.

Au Service du matin où se réunit l'ensemble du personnel résidant au TEC, nous célébrons le service assis, pratiquons la danse sacrée, et lisons l'Ofudesaki. Puis, du lundi au vendredi, nous lisons un texte chaque jour différent sur « la sincérité pure », ou « les Dix fonctions protectrices », « la chose prêtée / empruntée », « les Huit poussières mentales » ou « la Vérité sur la Création ». Le samedi, nous lisons les Anecdotes sur la Vie d'Oyasama, la Fondatrice de Tenrikyô. De plus, un membre du personnel résident fait ensuite un discours de trois minutes sur sa propre expérience de l'œuvre de salut et, à la fin, nous administrons le Sazuke. Le service de guérison est célébré après l'administration du Sazuke si bien que le Service du matin dure une heure environ.

Lorsque tout le monde se rassemble au TEC en période froide, on allume le chauffage du sanctuaire, mais nous avons pris l'habitude de ne pas l'allumer pour réaliser des économies. Nous, le personnel résident, nous essayons au début de la journée de prendre conscience du salut d'autrui dans l'air pur, malgré le froid, tout comme au sanctuaire principal de l'Église Mère. En fait, le service du matin durant environ une heure, certains membres du personnel n'ont quelquefois pas le temps de prendre leur petit déjeuner. Dans ce cas, nous avons décidé d'offrir le petit déjeuner à Dieu, et nous nous consacrons au service du matin et au service de guérison.

Certains peuvent estimer qu'un service qui dure une heure est long. Cependant, le service d'aujourd'hui n'est pas le même que celui d'hier ou de demain.

Le service que nous célébrons aujourd'hui n'a lieu qu'une fois dans notre vie. Si nous pensons ainsi, nous ne pouvons nous empêcher de le célébrer avec davantage de ferveur. Quand nous sommes capables de célébrer de tout notre cœur le service du début jusqu'à la fin, en faisant totalement confiance à Dieu, nos préoccupations et soucis de la vie quotidienne s'évanouissent et notre cœur s'emplit de chaleur comme si nous étions dans les bras d'une mère. Je pense que vous avez tous éprouvé cela lors d'un service. Et je pense aussi que vous l'avez éprouvé quand vous avez célébré le service en priant avec ferveur pour le salut d'autrui.

Comme vous le savez certainement, le TEC a défini les « Orientations fondamentales » des activités en vue du 130e Anniversaire d'Oyasama afin que tous les fidèles d'Europe puissent élever leur conscience de l'importance de cet Anniversaire, grandir spirituellement et recevoir des protections pendant cette période.

Je vous en ai parlé à plusieurs reprises, et au risque de me répéter, je saisis l'occasion pour vous en parler à nouveau cette année, à vous tous qui fréquentez ce lieu.

Ces orientations ont été ainsi définies : « Cheminement décisif vers la maturité - Agir pour le secours à autrui - »

Pendant cette dernière année, soyons prévenants à l'égard de nos proches et aidons activement ceux qui souffrent pour ne pas avoir de regrets. Administrez le Sazuke aux malades, priez sincèrement Dieu Parent pour que les personnes tourmentées retrouvent la paix.

Il y a 4 « objectifs de maturité ».

Le premier objectif est : « Effectuons le Service - Exerçons-nous aux mouvements de danse et aux instruments - ».

Le service, qui a été enseigné directement par Oyasama, est au cœur de la vie de notre foi. Déterminez vous-même votre objectif et efforcez-vous constamment de pratiquer le service.

Le deuxième objectif est : « Apportons de l'aide à notre entourage - Adressons la parole, même pour une chose sans importance - »

Nous devons reconnaître qu'une chose sans importance, une chose qui nous semble futile, peut dissimuler une intention de Dieu Parent. Essayons de nous impliquer en toute chose, importante ou non, avec courage et sincérité.

Le troisième objectif est : « Administrons le Sazuke - faisons connaître les Dix fonctions protectrices et les Huit poussières mentales - »

Administrons activement le Sazuke, même pour une maladie sans gravité. En particulier, si vous avez de jeunes enfants, administrez-leur le Sazuke quand il leur arrive quelque chose, même si cette chose est sans importance. Sur la foi de ma propre expérience pendant mon enfance, je crois que l'administration du Sazuke aux enfants par leurs parents doit avoir un fort impact sur les enfants : ils se trouvent seul à seul avec Dieu Parent, et ce face à face est le fondement à partir duquel ils cultivent une foi inébranlable.

Le quatrième objectif est : « Transmettons aux enfants la joie de la foi - Parlons plus souvent de la foi dans nos foyers - »

Comme lorsqu'il s'agit d'administrer le Sazuke aux membres de votre famille, vous éprouvez peut-être des difficultés à parler de la foi dans votre foyer. Toutefois, efforcez-vous consciemment de parler à vos enfants de la foi et des enseignements. Il serait bon, je crois, que vous preniez la résolution de parler au moins une fois par jour à vos enfants en leur disant : « Un jour, Oyasama a dit..., Oyasama a fait..., etc. »

Bien que ces 4 objectifs puissent vous sembler difficiles à atteindre, j'aimerais que vous promettiez à Dieu de mettre en pratique au moins l'un d'entre eux d'ici le 26 janvier 2016.

La résolution du cœur pour l'ensemble des fidèles d'Europe a été fixée à 13 000 administrations du Sazuke au 26 janvier 2016, et à 350 pèlerins rentrés au Jiba au 31 décembre 2016. Lorsque vous administrez le Sazuke ou rentrez au Jiba, prenez bien soin de nous en informer au TEC par courriel ou par téléphone.

Il ne reste qu'un an jusqu'au 26 Janvier 2016. C'était peut-être flou, mais certains d'entre vous ont peut-être le sentiment que c'est devenu concret. L'Église Mère a annoncé que le 130e anniversaire d'Oyasama ne serait célébré que pendant la seule journée du 26 janvier 2016. Dans le passé, l'Église Mère décrétait que l'Anniversaire serait célébré dans l'animation au Jiba pendant une année entière, dite « Année de l'Anniversaire », mais le 130e Anniversaire de 2016 ne sera célébré que le 26 janvier. Je suis persuadé que ce fait signifie que nous devons faire porter tous nos efforts sur la période des « trois ans, mille jours » qui a débuté le 26 janvier 2013, en vue de ce jour du 26 janvier 2016 désigné comme point de mire. C'est-à-dire que, même s'il y a des personnes qui retournent au Jiba en avril 2016, leur pèlerinage ne signifiera pas qu'elles ont continué les activités de l'anniversaire jusqu'en avril, car les activités de l'anniversaire auront pris fin le 26 janvier 2016. C'est pourquoi, si des personnes retournent au Jiba en avril, en août, voire en octobre, elles feront part à Dieu Parent et à Oyasama de ce qu'elles auront réalisé jusqu'au 26 janvier, et elles leur exprimeront leur gratitude.

Je pense que certains d'entre vous ne pourront absolument pas retourner au Jiba le 26 janvier pour des raisons professionnelles, familiales, ou autres. Le pèlerinage se fondant sur la foi de chacun, on ne peut obliger personne à l'effectuer. Mais ce que je veux dire, c'est que M. le Shimbashira espère qu'en 2016 le plus possible de personnes retourneront au Jiba en plus de celles qui y retourneront pour l'Anniversaire du 26 janvier.

J'ai dit tout à l'heure que « Le retour au Jiba a pris sa source dans la visite que des gens qui souffraient de maladies ou qui avaient des difficultés et des soucis rendaient à Oyasama pour lui demander d'être sauvés. Lorsque nous semons une graine de sincérité au Jiba où demeure Oyasama toujours vivante, Dieu Parent reconnaît cette graine et nous en retourne dix mille, c'est un trésor qu'il accorde pour toute la vie et à toute la famille, trésor qu'aucun incendie ne brûlera jamais et que jamais personne ne pourra dérober. »

À propos des « graines de sincérité », je pense que, même lorsque l'on se trouve face à des difficultés, les efforts et les pratiques qui visent d'une manière ou d'une autre à réjouir Oyasama sont des graines de sincérité. Elles signifient que nous brisons la coquille dans laquelle était jusqu'à maintenant enfermée la vie de notre foi. Tout comme l'œuf de la poule éclos au bout de 21 jours, le poussin brisant sa coquille par sa propre force, je pense qu'il y a parmi vous qui êtes présents aujourd'hui des personnes qui possèdent suffisamment de force pour briser leur coquille et franchir une nouvelle étape dans leur foi.

Je pense que c'est la période pour réfléchir de nouveau à la façon dont nous avons suivi la Voie jusqu'ici et ensuite examiner comment nous aimerions transmettre à nos enfants la merveilleuse foi qui nous a été transmise de génération en génération. De plus, je voudrais que vous commenciez par réfléchir à votre projet de revenir au Jiba le 26 janvier 2016.

Bien sûr, il y a des personnes pour qui ce ne sera pas possible. Nous prévoyons, comme option au projet spécial du TEC de rentrer au Jiba en 2016, d'organiser des événement particuliers en avril, juillet, août et octobre. Par conséquent, je voudrais que vous ne renonciez pas à rentrer au Jiba simplement parce que vous ne pouvez pas le faire en janvier. Si vous ne pouvez le faire en janvier, tout autre mois conviendra, alors j'espère que vous réussirez tous à rentrer à coup sûr au Jiba dans un an, en 2016.

Je vous remercie de votre aimable attention.