Tenrikyo Europe Centre

Loading ...

Discours du Service mensuel d'avril '19

Motoko KADOMOTO (Ancienne chef de Mission de shikito-Paris)

Avril est le mois célébrant l'anniversaire d'Oyasama notre fondatrice. Le 18 avril de ce mois-ci sera célébré le 221ème anniversaire d'Oyasama à l'Eglise mère et devant l'autel d'Oyasama.

Il est inscrit qu'Oyasama était dès son plus jeune âge une enfant très attentionnée envers ses parents et son entourage. Puis, après qu'elle soit devenue le Temple de Dieu le 26 octobre 1838, elle prodigua les paroles remplies d'amour parentale d'Oyagami en incitant les hommes à la maturité spirituelle et montra par sa propre conduite le chemin menant vers la Vie de Joie.

En changeant de sujet, le mois dernier Mme K - une fidèle de la mission Maison de Shikito- vint accompagnée de sa fille aînée, son gendre et ses petits- enfants prier au temple.

Mme K est une fidèle de la mission depuis l'époque du révérend Hisanori Kontani - ex révérend de la Grande Eglise de Shikito, également le premier chef de cette mission- et continue petitement son croyance en cette Voie.

Elle fut sauvée progressivement d'un œil grâce à l'administration du Sazuke, alors qu'elle allait perdre la vision suite à un coup de pied reçu par un nourrisson lors d'un changement de couche. Son œil gauche était son seul moyen de vision puisqu'elle ne voyait que de cet œil-là depuis sa naissance.

Je me souviens encore d'être allée avec mon mari effectuer la prière mensuelle devant son autel ainsi que l'administration du Sazuke et l'accompagner à chaque visite médicale pour son œil.

Quelques années plus tard, Mme K rentra au Jiba et reçu même le don du Sazuke. Cependant, progressivement elle vint de moins en moins faire la prière à la mission et nos échanges devenaient de plus en plus faibles. Puis, Mme K ayant dû faire face à d'autres problèmes relationnelles et physiques, se referma de plus en plus sur elle-même et nos échanges avaient failli s'interrompre. Toutefois, nous continuions d'aller lui rendre visite, écoutions ses problèmes et poursuivions l'administration du Sazuke au niveau de son œil. Enfin, après plusieurs années, elle revînt de nouveau assister au Service Mensuel de notre mission.

Puis un jour, notre porte menant à la buanderie ne s'ouvrait plus suite à un problème de serrure et nous étions bien embêtées. Discutant de ce sujet à Mme K, cette dernière contacta sa fille dont le mari était serrurier et ces derniers (sa fille et son mari) vinrent immédiatement après le travail changer notre serrure. Cela faisait bien plusieurs années que nous n'avions pas revu la fille de Mme K et son mari, et ce furent des heureuses retrouvailles.

La fille de Mme K exerçant le métier d'infirmière anesthésiste, la discussion avec ma fille qui travaille dans le métier fut bien rythmée, pendant que le gendre de Mme K travaillant avec efficacité avait réussi à régler le problème. Puis quelques jours plus tard, alors que nous les invitions à la mission pour les remercier de leur aide, Mme K, sa fille, son gendre et ses trois petits- enfants montèrent pour la première fois au temple. J'étais vraiment heureuse et remplie de gratitude envers Oyagami.

Une fois arrivés au temple, ma fille leur donna des explications sur l'Enseignement de Tenrikyo. Afin qu'elles soient compréhensibles aux petits-enfants de Mme K qui découvraient Tenrikyo pour la première fois, elle leur parla de la « gratitude envers les parents » qui pouvait être un sujet proche pour eux.

Les explications de ma fille furent les suivantes:

« La photo que vous voyez là-bas est celui mon père. Votre grand-mère connaissait très bien mon père. Enfin, si vous êtes ici maintenant, c'est grâce à votre grand-mère et vos parents qui vous ont mis au monde et vous ont élevés. En écoutant l'Enseignement de Tenrikyo depuis ma plus tendre enfance, j'ai pu apprendre l'importance de la gratitude envers ses parents. Nous avons tous des parents: un père, une mère, un grand-père, une grand-mère, un arrière grand-père, une arrière grand-mère, etc… puis, en remontant nos ancêtres jusqu'au bout, nous arrivons finalement au premier Parent de l'humanité. Et c'est ce premier Parent que nous appelons selon Tenrikyo « Oyagami » et à qui nous adressons chaque jour nos sentiments de gratitudes en lui disant : «  Je vous remercie de votre protection pour me préserver en bonne santé encore aujourd'hui. »

Une fois les explications terminées, ma fille leur montra comment saluer et prier les autels puis nous exécutâmes la prière.

Grâce au petit nœud du problème de la serrure, nous avions pu revoir la fille de Mme K, son gendre et leurs enfants que nous n'avions pas revu pendant des années et continuer à reprendre contact avec eux.

J'ai pu ressentir que dans ce petit nœud se trouvait en réalité le grand amour parental d'Oyagami.

Ensuite, je souhaiterais vous parler de Mme A qui a eu une transplantation cardiaque et dont j'en avais parlé dans mon discours il y a deux ans.

Mme A venait à la mission de la Maison de Shikito depuis l'âge de 16 ans. Initialement c'était ses parents qui avaient commencés à croire en cette Voie. Puis Mme A venait assister régulièrement au Service Mensuel de la mission avec sa mère, puis, avec son mari depuis qu'elle s'était mariée, et pratiquait le Service assis, les instruments pour hommes et les instruments pour femmes. Cette jeune femme était atteinte d'une maladie cardiaque grave depuis sa naissance qui nécessitait une hospitalisation régulière depuis sa plus tendre enfance. Cependant, ayant par ailleurs un caractère positif, elle s'appliquait à apprendre l'Enseignement de Tenrikyo avec sérieux.

Sa transplantation eut lieu en mai 2015. A cette occasion, à commencer par les personnes de la Grande Eglise, sa famille ainsi que nous-mêmes, priions de tout notre cœur pour sa santé.

Lorsque nous allions rendre visite à Mme A pour lui administrer le Sazuke, la mère de Mme A, le beau-père de Mme A, ainsi que son mari, venaient d'abord au temple pour la prière; puis ensuite, nous allions tous ensemble à l'hôpital. Quand j'arrivai pour administrer le Sazuke, Mme A qui était alitée, mettait toute son énergie pour assembler ses deux mains afin de recevoir le Sazuke, de manière sincère et sérieuse. Son séjour après l'opération ne fut pas de tout repos puisqu'elle souffrit de forte douleur dorsale, des migraines, ainsi que d'un accident vasculaire cérébral. Or malgré cela, elle réussit à se rétablir petit à petit. Puis après avoir obtenue un prolongement de vie de trois années, elle nous quitta l'an dernier.

Pendant sa vie, Mme A passa beaucoup de temps à l'hôpital mais d'un autre côté, elle reçut beaucoup d'encouragements de son entourage, notamment de ses parents et son mari qui la soutinrent de toute leur force tout au long de sa vie.

Quelques mois plus tard, Mr A (le mari de Mme A) vint faire la prière au temple. Or ayant eu beaucoup de souvenirs de Mme A à la mission, il a été très difficile pour Mr A de monter jusqu'au temple.

Cependant, encore quelques mois plus tard, Mr A pu venir assister au Service Mensuel jusqu'à même y participer. Le mari de Mme A a su faire face à ce grand nœud et traverser cette épreuve en continuant à venir prier au Service Mensuel. Et ce jour-là, il me dit : « Mes parents qui vivent en province m'ont dit qu'ils allaient également effectuer la prière à distance en même temps que le début du Service ».

Comme il est écrit dans le Osashizu,

Ecoutez bien et comprenez bien. Ne croyez pas qu'une seule existence soit accordée à l'homme . Mais il ne disparaît qu'un temps pour revenir en ce monde.(Osashizu, 28 mars 1906)

« La vie est une perpétuelle renouvellement » ai-je expliqué à Mr A. Oyasama a expliqué ce-ci en comparant à un changement d'habit. Le décès reviendrait à se déshabiller de notre vieux kimono pour en remettre un nouveau.

Ainsi, je pense que le fait que Mr A continue à venir à la mission montre sa sincérité pure ainsi que la véritable sincérité de ses parents. Je suis remplie de gratitude et d'émotion face à leur conduite.

Ainsi, que la croyance soit transférée du ou des parents à l'enfant est une chose vraiment formidable. Cependant, ce n'est pas forcément quelque chose de normale ou bien habituelle. Au contraire, n'est-il pas important que ce soit l'enfant lui-même qui éveille sa propre croyance ?

Oyasama nous enseigne dans l'Ofudesaki :

Parents et enfants, mari et femme, frères et sœurs,
même entre eux, il y a des différences de cœurs.(Ofudesaki, V - 8)

Puis dans l'Osashizu :

Même si parents, enfants, frères et sœurs sont de la même famille, chacun est né en ayant son cœur qui lui est propre. Vous avez beau faire telle et telle chose, car il y a la différence des cœurs. Même s'il s'agit de la relation parents-enfants.(Osashizu, 9 août 1890)

Ainsi, je crois que dans le fait que l'enfant apprécie par lui-même les bienfaits de la Voie, il y a nécessairement des efforts fournis par le ou les parents qui l'accompagnent et lui montrent par leur propre conduite le chemin à suivre.

Enfin, je pense davantage en ce moment que c'est grâce à la gentillesse extraordinaire de mon défunt mari, à ses paroles et son attitude remplies de sincérités que des fidèles continuent encore actuellement à venir à la mission. Je suppose que ces personnes ont observé la conduite de mon mari tout au long de sa vie et avec le sentiment de gratitude envers ce dernier, ils continuent à venir à la mission. Ainsi, j'ai la certitude que mon mari m'aidait là où je n'y arrivais pas et vice versa. Et c'est en nous entraidant mutuellement que nous avons pu avancer sur le chemin qui nous a menés jusqu'ici.

Aujourd'hui, je ressens davantage les profondes intentions d'Oyagami comprises dans les différents faits de la vie quotidienne.

Je vous remercie de votre attention.