Tenrikyo Europe Centre

Loading ...

Discours du Service mensuel d'août '12

Katsufumi SHINODA (Membre du comité du TEC)

La Fête Estivale des Enfants a été organisée au Jiba du 26 juillet au 4 août dernier. 222 700 personnes y ont participé de tous les coins du monde. Nous aussi, nous y avons participé du 27 au 28 juillet en formant un petit groupe Européen de 21 personnes : 17 personnes venaient de France, d'Italie, et du Royaume-Uni et les 4 autres résidaient au Japon.
Nous formions un groupe de 14 participants adultes contre 7 enfants, mais la moitié des adultes étaient des jeunes qui avaient participé volontairement parce qu'ils voulaient aider. Grâce à eux, ces deux jours se sont déroulés sans danger et les enfants ont pu s'amuser pleinement. Des jeunes qui, dans le passé, avaient été pris en charge par les adultes sont devenus capables de prendre soin des jeunes enfants. Je ne peux m'empêcher d'espérer que les enfants qui ont participé cette année prennent modèle sur eux et deviennent, à leur tour, capable d'agir de la même façon.
Durant cette Fête Estivale au Jiba, il y a beaucoup d'événements et d'attractions. Un grand nombre de personnes sont impliqués chaque année dans la construction et l'organisation. En outre, des tentes sont disposés partout pour servir du thé froid gratuitement aux participants. Les personnes qui ont eu l'occasion de visiter le Jiba durant cette période ont probablement tous constaté de la grandeur de cette distribution. Le plus surprenant pour les personnes qui visitent pour la première fois le Jiba est que ces personnes mobilisées le font tous par esprit de hinokishin.
Le hinokishin est un concept considéré comme assez proche du "bénévolat" mais la différence primordiale est que le hinokishin est un acte effectué en remerciement à Dieu. Les activités bénévoles et le hinokishin se pratiquent pour faire plaisir à autrui mais dans le Tenrikyo, il est enseigné que le hinokishin est un acte volontaire qui a pour objectif d'exprimer sa gratitude envers Dieu-Parent pour sa protection. Que l'on fasse le nettoyage ou que l'on vienne en aide à quelqu'un, la forme n'a pas d'importance. C'est cette gratitude envers Dieu qui nous amène à ce comportement.
Cette Fête Estivale des Enfants, moi aussi j'avais hâte chaque année qu'elle commence. C'est quand j'ai participé au Corps de hinokishin pour les jeunes collégiens que j'ai eu envie de m'impliquer davantage pour devenir comme les moniteurs. J'ai donc participé aux différentes activités en tant que moniteur lorsque j'étais lycéen et étudiant. Il est arrivé que des personnes non croyantes trouvent complètement ridicule que je passe mes étés à travailler gratuitement. On peut voir les choses de cette manière mais en échange, je pouvais éprouver une grande joie et satisfaction. La joie de participer à cette Fête des Enfants, de se faire des nouveaux amis, de voir les sourires radieux des enfants, la satisfaction de voir les enfants mûrir en apprenant à vivre en communauté et sentir son propre épanouissement… mais surtout, pouvoir partager tout cela avec ses amis et remercier Dieu-Parent pour sa protection. Ça n'avait pas de prix.

A propos, certaines régions du monde connaissent encore des litiges politiques mais il me semble que les activités de solidarité de niveau internationale, au-delà des populations et des nations, se sont multipliées ces dernières années.
Le Japon qui a connu un terrible séisme l'année dernière au mois de mars a reçu des aides, non seulement de l'intérieur du pays mais aussi de l'extérieur. Et ce cercle d'aide continue aujourd'hui encore.
Oyasama a dit : « Tu devrais être plus doux de cœur, sauver les autres et corriger ton caractère et tes habitudes. »
Des personnes au cœur doux, il en existe pleins dans le monde entier, qu'ils soient Tenrikyo ou non. Je suis sûr que vous pensez la même chose.
Ensuite, il s'agit de « sauver les autres ». Nombreux sont les personnes qui apportent assistance aux personnes en difficulté. En France, des organisations distribuent repas et fournissent logement aux sans-domiciles fixes et des équipes médicales comme Médecins sans Frontières sont très actifs. Mais ce que nous dit Oyasama est bien plus profond, nous devons aider autrui en répandant l'enseignement. La priorité est bien entendu de donner du pain à quelqu'un qui souffre de la faim plutôt que de lui parler longuement de l'enseignement mais en tant que Tenrikyo, nous devons prier pour le salut de cette personne, c'est cela la véritable forme du Tenrikyo. Dieu-Parent nous a enseigné qu'il a crée ce monde et les hommes afin de les voir mener une Vie de Joie et de pouvoir s'en réjouir avec eux. Il nous a également enseigné que nous tous, enfants de Dieu-Parent, sont tous frères et sœurs et que notre corps est un corps prêté par Dieu. Lorsqu'on arrivera à comprendre tout cela, notre cœur se remplira de joie et je suis persuadé que notre vision du monde changera.
Et le troisième point, « corriger son caractère et ses habitudes », c'est sans doute le plus difficile et j'imagine que beaucoup luttent pour y parvenir. C'est bien entendu le cas pour moi aussi, mais nous avons tous nos habitudes et une nature que nous ne pouvons pas facilement changer. S'énerver pour un rien, mal prendre les paroles de quelqu'un, nous avons tous nos tendances. C'est parce que nous sommes tous différents que ce monde est plein de surprises, mais les habitudes et les natures qui peuvent porter atteinte aux autres comme les tendances à mentir ou à devenir violent, doivent bien entendu être corrigées.
Le corps est un emprunt à Dieu mais le cœur nous appartient. A force de disparaître pour renaître, notre disposition de cœur change, mais les poussières s'accumulent aussi.
Dans l'enseignement de Tenrikyo, nous parlons des « huit poussières mentales ». Nous lisons chaque soir après le service, l'enseignement des huit poussières mentales dans ce Centre et je fais de même chez moi. Voici ce qui est dit en introduction :

Le corps humain est un emprunt fait à Oyagami et seul le cœur nous appartient en propre. Tout ce qui nous entoure se manifeste à la mesure de notre cœur. La disposition égocentrique du cœur qui ne peut se conformer à la volonté d'Oyagami est comparée à de la « poussière ». La poussière, aussi fine soit-elle, finit par former une crasse épaisse, nous empêchant de recevoir pleinement les protections divines. Ainsi, il nous est demandé d'effectuer constamment le nettoyage de notre cœur en prenant pour « balai » l'enseignement d'Oyagami, et de veiller également à ce que les autres ne laissent accumuler ces poussières.
Afin de nous guider dans la purification de notre cœur, il nous est enseigné huit sortes de poussières mentales que sont la mesquinerie, la convoitise, la haine, l'égoïsme, la rancune, la colère, l'avidité et l'orgueil.

Il est dit dans cet extrait : « La poussière, aussi fine soit-elle, finit par former une crasse épaisse, nous empêchant de recevoir pleinement les protections divines ». « Ne plus recevoir pleinement les protections divines », qu'est-ce que cela signifie réellement ? Je pense que cela veut dire que nous ne bénéficierons peut-être plus d'un corps en bon état de santé ou qu'un malheur peut s'abattre dans la famille. Mais aussi de ne plus être capable de se réjouir quoi que l'on voie ou que l'on entende. En fonction de la nature de l'individu, il peut aussi arriver que ce dernier hôte la vie de quelqu'un ou celle de sa personne même. S'il vous arrive de ne plus ressentir de la joie quoique vous fassiez ou que vous avez l'impression que les choses ne se déroulent pas comme vous le voudriez, soyez prudents.
Car en effet, Dieu-Parent nous a laissé la liberté de notre cœur pour mener une vie de joie, mais nous avons tendance à utiliser notre cœur de façon égocentrique. Il est donc important de prier matin et soir pour balayer nos poussières et prêter attention aux autres pour que ces dernières ne s'accumulent pas.

Oyagami-sama, qui est le Parent de l'humanité, ne veut que le bonheur de ses enfants et souhaite faire beaucoup de choses pour eux. Pourtant, il nous dit que cela ne lui est pas possible car le cœur des hommes est rempli de poussières.
Il est dit dans l'Ofudesaki :

Pour Tsukihi, tous les êtres sont ses enfants
et il est plein d'amour pour eux.

Mais à l'intérieur de chaque homme,
plein de poussière s'est amoncelée. Voilà pourquoi...

Tant que cette poussière ne sera pas parfaitement balayée,
tout l'amour en Tsukihi restera vain!

Tsukihi craint pour vous un terrible chemin périlleux.
Mais personne ne s'en rend compte.(VIII 60-63)

Je ne peux imaginer la grandeur de sa tristesse.

Depuis la France, le Jiba est géographiquement loin. De nos jours, il est possible de s'y rendre en avion en 12 heures mais peu nombreux sont les personnes qui trouvent le temps et l'argent d'y aller.
Toutefois, Oyasama et Oyagami-sama, notre Dieu-Parent, nous attendent au Jiba qui est la ville natale de nos âmes. Chaque fois que je rentre au Jiba, mon cœur se remplit de joie et je sens que ce dernier est nettoyé grâce à la protection divine.
Je ne sais pas quand sera la prochaine fois que je pourrai rentrer au Jiba mais j'ai l'intention de mettre mes efforts dans la formation des jeunes générations, de propager la joie à un maximum de personnes et pouvoir rentrer à nouveau au Jiba avec vous.

Je vous remercie de votre attention.