Tenrikyo Europe Centre

Loading ...

Discours du Grand Service de janvier '13

Yoshihisa HASEGAWA (Chef du TEC)

Bonjour à vous tous. Et bonne année. Nous venons tous ensemble de procéder dans la joie à la Grande Célébration de Janvier de la 176e année de Tenrikyô et je vous en remercie. Restons ensemble encore un moment je vous prie.

Nous vous sommes reconnaissants de la compréhension et de la coopération que vous avez bien voulu montrer pour les activités du TEC tout au long de l'année passée. L'année passée, les relèves dans les centres missionnaires se sont succédé : M. Takayuki ONOUE, chef du Tenrikyo UK, est rentré au Japon, M. Noriaki NAGAO a quitté les Missions Etrangères, après avoir pendant longtemps participé à la mission du Tenrikyô en Europe, M. Motoharu KIRINUKI vient d'être nommé Chef de la Section d'Europe et d'Afrique, etc. ; ce fut une année de remaniement du personnel sans précédent.
Je me suis moi-même honnêtement demandé pourquoi l'Eglise Mère avait provoqué un tel changement, un tel bouleversement l'année précédant l'ouverture des « activités des trois ans - mille jours » du 130e Anniversaire d'Oyasama. Néanmoins, tout bien considéré, j'en suis venu à croire que tous ces événements ne sont que l'effet de l'amour parental d'Oyagami qui nous incite encore plus à mûrir spirituellement, nous les Yôbokus et fidèles résidant en Europe. Oyasama, parlant de ce que notre foi doit être, nous a enseigné :

« Eh bien, voilà ce que tu dois penser : avoir foi en Dieu, c'est la même chose que d'avoir foi en ceux qui t'ont donné le jour. Et c'est de cette manière que la véritable foi pourra se matérialiser en toi. »

Il n'existe pas de parents qui obligent leurs enfants à porter des valises trop lourdes pour eux. Je pense qu'avec ma vision d'homme, même si je ne comprends pas certaines choses, en appliquant tous mes efforts seulement aux choses que je ne comprends pas maintenant et qui se présentent à moi, le temps viendra où je les comprendrai. En tout cas, maintenant que commence l'année du lancement des activités des « trois ans - mille jours », pour que les hôtes de ce centre que sont Oyagami et Oyasama se réjouissent, je souhaite, en me demandant tout le temps quelle attitude avoir, poursuivre pendant toute cette année plus encore que jusqu'ici mes efforts pour être doux à l'égard d'autrui et exigeant envers moi-même.

Bien, changeons de sujet.

Nous venons de procéder à la Grande Célébration de Janvier. Dans sa manière, elle ne diffère pas du Service mensuel, mais dans sa signification, elle présente quelque particularité.
Comme vous le savez, le 26 janvier 1887, par amour pour ses enfants, Oyasama a abrégé sa vie de 25 années et s'est faite invisible. De plus, le même jour du 26 janvier, se déroule au Jiba une Grande Célébration. Si je parle ainsi, eh bien, certains pensent peut-être que cette particularité consiste à se souvenir d'Oyasama avec nostalgie. Mais il ne s'agit pas de cela.
A propos de la signification de la Grande Célébration de Janvier, M. le Shimbashira nous a enseigné ce qui suit au cours du sermon qu'il a présenté à l'Eglise Mère en janvier de l'année passée.

« Comme vous le savez, le 26 janvier, jour où nous accomplissons la Grande Célébration de Printemps, est le jour où Oyasama s'est faite invisible. Aujourd'hui, je voudrais qu'une fois de plus nous revenions sur les derniers jours qui ont conduit à ce jour-là, que nous nous demandions une fois encore quelle intention divine s'y trouve inscrite, que nous la gravions à nouveau dans notre cœur, et que nous en tirions parti pour avancer dès demain sur notre chemin. »

Comme on le comprend si on lit bien le 10e chapitre de la Vie d'Oyasama, « La Porte Ouverte », la veille du jour où Oyasama s'est faite invisible, même si les personnes de l'époque avaient vu de leurs propres yeux la protection d'Oyagami, il leur était difficile de comprendre la volonté de Dieu et de s'appuyer complètement sur elle. Dieu, au moyen de la mauvaise condition physique d'Oyasama, patiemment, enseigna à chacun l'importance de réfléchir sur la base de l'enseignement, de discuter ensemble, et d'agir d'un cœur résolu. Ces personnes prirent finalement la décision de suivre la volonté de Dieu et accomplirent le Service au grand jour. Bien que le nombre des officiants ne fût pas suffisant, Oyasama accepta leur ferveur sincère et, les voyant désormais s'approcher du monde de la Vie de Joie, elle se fit invisible.
Sans laisser s'évanouir ces faits historiques, en nous souvenant une nouvelle fois dans cette Grande Célébration de Janvier de la fin du Modèle d'Oyasama, et en vouant à nouveau notre reconnaissance à son amour parental sans bornes, je crois qu'il est important maintenant de nous redemander si nous vivons chaque jour en réfléchissant bien à la volonté d'Oyagami, si nous sommes capables de partager une discussion, et de plus, quand c'est le moment, si nous nous mettons au travail avec une ferme détermination.

Dans trois ans, le 26 janvier 2016 sera le 130e 26 janvier depuis la disparition d'Oyasama. Jusqu'à ce jour, prenant pour jalon de l'établissement de la Vie de Joie la célébration de l'Anniversaire d'Oyasama tous les dix ans, les fidèles du Tenrikyô ont répétés leurs efforts pour suivre plus qu'à l'accoutumée le Modèle laissé par Oyasama en faisant de cette période de trois années un moment de maturation décisive, un moment où l'on peut recevoir un grand nombre de protections. En conséquence, le fait d'avoir reçu un grand nombre de protections merveilleuses dépassant toute mesure humaine est bien évident si l'on voit le développement du Tenrikyô aujourd'hui.
Voici ce qu'enseigne l'Osashizu à propos de cette période de trois ans :

Pendant les dix premières années de la Voie, à tout ce que j'expliquais et de quelque façon que ce soit, je n'entendais qu'une seule réplique : « Ce n'est pas possible ! Qu'est-ce que vous racontez ? » Ce n'était point des gens d'autres régions, mais d'ici, d'à côté, qui ne me comprenaient pas. Toujours est-il que j'ai passé dix, vingt ans par des étapes que ni les mots ni le pinceau ne peuvent dire. Bien sûr, je ne dis pas que j'ai vécu ainsi mille ans ou deux mille ans, il s'agissait seulement de cinquante ans ! Mais si je vous demandais à vous de vivre la même chose, eh bien, ce ne serait ni cinquante ans ni trente ans, que dis-je ? Ni vingt ans, ni même pas dix ans que vous en seriez capables ! Il serait bon, je crois, que vous viviez cela ne serait-ce que trois ans..., comme trois jours pour moi. Vous n'avez qu'à passer par là quelque petits mille jours. Cela vous sera difficile, mille jours ! Point de voie en dehors du Modèle. Rien ne sert de vous presser. Point de voie en dehors du Modèle !(le 7 novembre 1889)

Par la vie d'Oyasama, Oyagami nous a enseigné la vraie Voie du Salut, le Modèle. La Voie qu'Oyasama a suivie a duré 50 ans, mais il ne nous est pas demandé de la suivre pendant la même durée, ni pendant 20 ans, soit moins de la moitié, ni même pendant 10 ans. Il nous est demandé de sauver réellement autrui en suivant la Voie d'Oyasama pendant à peine mille jours, pendant 3 ans, en comparaison des 50 années où Oyasama l'a suivie.

Au TEC, nous avons désormais l'intention de promouvoir des activités afin que les Yôbokus et les fidèles d'Europe comprennent mieux l'importance de cette période de « trois ans - mille jours » conduisant au 130e Anniversaire de la disparition d'Oyasama qui va commencer le 26 janvier prochain, et afin que nous puissions atteindre notre maturité et bénéficier de la divine protection pendant ce moment décisif.
Lors de la Réunion qui a rassemblé en décembre dernier les missionnaires d'Europe, ont été décidés les orientations fondamentales des activités et les objectifs de maturité pour l'ensemble des fidèles d'Europe.

Les « Orientations des activités en Europe en vue du 130e Anniversaire » sont le cheminement décisif vers la maturité et l'action pour le secours à autrui.
Comme il est dit dans la Troisième Instruction, je veux désormais pendant ces trois ans être plus que je ne l'aie été jusqu'ici prévenant à l'égard de mes proches et ne pas hésiter à adresser la parole à ceux qui souffrent. De plus, si une personne est malade, je veux lui administrer le Sazuke et, si elle rencontre des problèmes, demander ardemment leur solution à Dieu. Ainsi, tandis que nous sommes réellement aux côtés de la personne qui souffre, j'ai foi qu'Oyasama agit, que l'enseignement de Dieu se transmet de cœur à cœur, et que la disposition du cœur de cette personne se transforme peu à peu.

De plus, concernant les objectifs de maturité, on relève 4 rubriques :

La première est : Effectuons le Service - Exerçons-nous aux mouvements de danse et aux instruments -
Le Service, c'est le principe de la Vie de la Foi qu'Oyasama a enseigné en personne. Je veux que nous nous exercions encore plus fermement pour atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés.
Les Français s'accordent souvent pour affirmer que le vocabulaire pose de gros problèmes, mais si l'on montre que l'on s'exerce fermement dans un tel contexte, on réjouira extrêmement Oyagami et Oyasama. Ce n'est pas le fait de pratiquer habilement les instruments et les mouvements de danse qui peut réjouir Dieu. Si on veut le faire malgré la difficulté, Dieu le reconnaîtra. Faire une erreur n'a pas d'importance. Oyasama s'en réjouira, même si quelqu'un en rit. Dans la 54e Anecdote de la Vie d'Oyasama, « Jouer avec le cœur », il est enseigné :

« Si tu n'es pas bien exercé(e), mets-toi devant ton instrument, joue avec cœur et je le reconnaîtrai. »

La deuxième rubrique est : Apportons de l'aide à notre entourage - Adressons tout de suite la parole, même pour une chose sans importance -
Certains d'entre nous décident inconsciemment si une chose est importante ou non. Certains ne taxent-ils pas eux-mêmes une chose comme sans importance selon leur libre convenance ? Non seulement il est normal de faire de son mieux pour une chose que l'on nous demande, une chose sur laquelle on nous consulte, mais il l'est encore plus de prêter toujours attention à ce qui nous entoure, et même si nous tenons pour insignifiante une chose sur laquelle on ne nous a pas consulté, commençons d'abord par adresser la parole.

La troisième rubrique est : Administrons le Sazuke - Faisons connaître les Dix fonctions protectrices et les Huit poussières mentales -
Nous les Yôbokus, pénétrés du sens des Dix fonctions protectrices et des Huit poussières mentales, administrons sans hésiter le Sazuke avec sincérité. De plus, vous les personnes qui n'êtes pas encore Yôbokus, apprenez bien ce que sont les Dix fonctions protectrices et les Huit poussières mentales, saisissez votre chance et efforcez-vous d'en parler à autrui.

La quatrième et dernière rubrique est : Transmettons aux enfants la joie de la foi - Parlons plus souvent de la foi dans nos foyers -
N'avons-nous pas parfois tendance à éviter de parler sérieusement de la foi en famille ? Parents, en même temps que nous transmettons notre foi par notre attitude, tâchons de parler consciemment de la Voie et de l'enseignement au sein de notre famille.

Voilà quels sont les 4 objectifs de maturité annoncés par le TEC.

En plus de ces 4 objectifs de maturité ont été définis le nombre des pèlerins européens et la fréquence d'administration du Sazuke.
Jusqu'au 130e Anniversaire d'Oyasama, le nombre souhaité de pèlerins retournant au Jiba est de 350.
En ce qui concerne l'administration du Sazuke, comme objectif de maturité particulier pour les 3 ans jusqu'à l'Anniversaire, la fréquence d'administration du Sazuke par l'ensemble des fidèles d'Europe, en l'honneur de l'Anniversaire, a été fixée à 13000 fois.
Bien sûr, ces objectifs chiffrés ne sont pas donnés comme un but à atteindre. Ils sont donnés pour que beaucoup de personnes traversent facilement ces trois années avec au cœur la joie d'agir avec Oyasama ; car nous croyons qu'Oyasama est toujours vivante, bien qu'elle se soit faite invisible pour nous sauver, et que c'est elle qui agit effectivement.
En définitive, pour concrétiser les choses de manière systématique, quelle que soit leur forme, il vaut mieux avoir des indices qui permettront de comprendre les changements concrets, parce que je crois que divers problèmes feront facilement surface.
D'autre part, j'imagine aussi qu'il y a des personnes qui ont mis en place des objectifs concrets, des personnes qui sont exigeantes avec elles-mêmes et qui peuvent entretenir encore plus leur détermination.
Bien sûr, c'est une évidence, je le crois, chacun a sa façon de construire ces différents objectifs, sa façon d'entretenir sa détermination, c'est pourquoi, à propos de l'engagement individuel, je laisse à chacun le soin de fixer ses propres objectifs chiffrés.

En ce moment, en cette époque, moi, vous tous, nous ne sommes encore qu'un petit nombre de fidèles d'Oyagami vivant dans cette Europe. Personnes venues du Japon, Européens qui avez fait connaissance avec l'enseignement du Tenrikyô, tant pis si l'on dit que vous êtes tous là par hasard, mais ce n'est pas ce que je pense. Oyagami a attiré sur ce sol, à cette époque, les personnes les plus adéquates, et je pense qu'il attend que ces personnes, réfléchissant bien à la volonté de Dieu, discutant ensemble, avancent d'un cœur résolu vers la maturité.

Bien, désormais, tous ensemble, mettons-nous en marche avec foi, ouvrons de toutes nos forces la porte vers un plus grand bonheur. Franchissons-la résolument, car au delà de cette porte, Oyasama nous attend, Oyasama qui en toute circonstance nous tend la main avec affection et nous guide.

Je vous remercie de votre attention.