Tenrikyo Europe Centre

Loading ...

Discours du Service mensuel de février '18

Takaharu MATSUKAWA (Chef de Tenrikyo UCHIKO Paris)

Comme vous le savez, en 2020, nous célébrons 50ème anniversaire de la fondation de Tenrikyo Europe Centre. Le mois dernier, Monsieur Hasegawa nous a indiqué les objectifs de maturité en vue du cet anniversaire.

Aujourd'hui, je désire confirmer avec vous ces objectifs de maturité afin que nous puissions tous nous diriger dans la même direction.

En vue du 50ème anniversaire de la fondation de TEC, nous avons déterminé 2 axes pour développer notre maturité à atteindre pour l'ensemble des fidèles résidant en Europe. Ces 2 axes sont : « apprendre le Service&nbsm;» et « inviter ses proches à aller prier, pour faire connaître la Volonté d'Oyagami, Dieu Parent&nbsm;». Ils sont en place pour les 3 prochaines années, jusqu'à la fin de 2020.

Ces 2 axes peuvent sont développés en 3 objectifs de maturité, dont voici le détail.

Premièrement, « Apprenons à chanter tous les chants du Mikagura-Uta, les Hymnes du Service Assis au 12ème hymne de la Danse Sacrée&nbsm;».

Deuxièmement, « Améliorons-nous à la Danse Sacrée&nbsm;».

Troisièmement, « Invitons nos amis à aller prier à Eglise, différentes Mission Postes, au Centre ou encore, chez soi ».

Le premier objectif est « Apprenons à chanter tous les chants du Mikagura-Uta, les Hymnes du Service Assis au 12ème hymne de la Danse Sacrée&nbsm;». Le Mikagura-Uta est des Hymnes pour le Service. Oyasama enseigna d'abord le Service récitant simplement le nom de dieu « Namu, Tenri-O-no-mikoto&nbsm;».

Ensuite, elle enseigna la Danse sacrée avec les Gestes des mains pour le Mikagura-Uta. Et puis, elle l'a divisé en deux, le Service du Kagura et la Danse Sacrée. Le Service du Kagura est exécuté en portant les masques pour le Kagura.

On appelle Mikagura-Uta le livre des Hymnes pour le Service comprenant à la fois le Kagura et le Teodori.

Le Service du Kagura est toujours accompli au Jiba, lieu originel de la Création. Les dix officiants dansent autour du Kanrodaï, en incarnant chacun l'une des fonctions protectrices qu'Oyagami a exercées lors de la Création du monde. Chaque officiant porte un masque et accomplit les gestes correspondant à la fonction qu'il représente.

Le chant du Kagura comprend les trois versets suivants :

あしきをはらうてたすけたまへ
てんりわうのみこと
Puissiez-vous balayer tous les maux et nous sauver,
Ô Tenri-Ô-no-mikoto !

ちよとはなし かみのいふこときいてくれ
あしきのことはいはんでな
このよのぢいとてんとをかたどりて
ふうふをこしらへきたるでな
これハこのよのはじめだし
Voici: Dieu a quelque chose à vous dire. Prêtez l'oreille !
Car jamais Je ne vous dis rien d'erroné.
À l'image du ciel et de la terre de ce monde,
J'ai créé l'homme et la femme :
C'est ainsi que fut commencé ce monde.

あしきをはらうてたすけせきこむ
いちれつすましてかんろだい
J'ai hâte de balayer vos maux, J'ai hâte de vous sauver.
Quand sera opérée pour tous la purification,
Alors, le Kanrodaï.

En tant que représentation de la Vie de Joie, le Teodori peut être exécuté ailleurs que sur le Jiba, autour du Kanrodaï. On peut même dire qu'il est la manifestation même de la Vie de Joie sur la terre entière.

Les chants qui doivent accompagner cette danse se composent du Yorozuyo (prélude de huit versets) et des Douze Hymnes.

Dans le Mikagura-Uta, il est dit :

« Vous avez bien fait de rester attachés au Service :
Ceci sera le fondement de votre Salut.&nbsm;»

Le Service est le fondement du Salut.

Il n'y a pas du Salut véritable sans ce Service pour sauver autrui et pour être sauvé soi-même.

Les gestes des mains et le chant figurant tous les deux la Volonté de Dieux au temps de la Création, le mieux est de pouvoir faire les deux en même temps en gardant cela à l'esprit.

Mais pour les personnes ne se souvenant pas encore des Danses Sacrées, il est suffisant de réciter le nom de Dieu « Namu, Tenri-O-no-mikoto&nbsm;». Ce faisant, les poussières mentales sont balayées et notre cœur devient pure. Avec un cœur bien purifié, on comprend plus facilement la Volonté d'Oyagami, le Dieu Parent, et on peut se diriger dans la bonne direction.

Alors, notre cœur atteindra naturellement l'esprit de la Dévotion totale à Dieu, et nous pouvons être sauvés.

Après avoir réussi à réciter le nom de Dieu sans problème, l'étape suivante est la récitation des Hymnes du Service Assis, qui sont aussi le chant du Service du Kagura. Ces chants sont assez courts. On peut donc les mémoriser rapidement. Nous pouvons les réciter dans notre cœur, sans voix, en marchant dans la rue ou en prenant dans le train.

Ensuite, viennent les chants du Yorozuyo et des Douze Hymnes. Comme ces chants sont assez long, il est un peu difficile de se souvenir de tout. Comme aujourd'hui, lorsque vous assistez au Service mensuel, entrainez-vous à chanter avec le chanteurs pour bien les retenir. Idéalement, il faut pouvoir les chanter sans lire les paroles des Hymnes.

Le deuxième objectif est « Améliorons-nous à la Danse Sacrée&nbsm;».

Concernant les Danses Sacrées, Oyasama a enseigna la chose suivante :

« Ces chants sont sacrés et la danse doit être en accord avec la vérité de Dieu. Il ne s'agit point d'une danse ordinaire, ses mouvements expriment la vérité de Dieu. »

Elle enseigna aussi :

« Pendant le Service, si les gestes de la main sont mous, cela veut dire que le cœur aussi est une chiffe molle. La moindre erreur de geste est inacceptable. Par le Service l'existence est radicalement transformée. Voilà pourquoi le Service est si important. »

Les mouvements pour la Danse sacrée sont un ensemble naturel et il n'y a pas de gestes des mains inutiles. Il y a bien sûr des façons de danser différentes d'une personne à une autre, mais l'important est de danser sans faire d'erreur. Ensuite, il est important d'essayer de corriger vos mauvaises habitudes.

D'abord, il est important de pratiquer les Gestes des mains pour le Service Assis qui est exécuté tous les matins et soirs. Nous empruntons notre corps à Oyagami, nous sommes protégés quotidiennement par la plénitude de Sa protection. C'est pourquoi, il est indispensable d'envoyer à Oyagami une prière et un remerciement au moins deux fois par jour, le matin et le soir.

En plus, on peut dire que la doctrine de base de Tenrikyo est enrichie et cristallisée dans ces Hymnes du Service Assis du chant pour le Service du Kagura.

A savoir la chose prêtée/empruntée, les huit poussières mentales, la plénitude de la protection d'Oyagami, le Récit de la Création de ce monde, les principes du Jiba, le Modèle d'Oyasama, etc.

Voilà pourquoi, par ce Service du matin et du soir, récitant la doctrine et dansant avec les mouvements exprimant la vérité de Dieu, nous changeons radicalement notre vie.

Par conséquent, je pense que vous comprendrez à quel point il est si important de faire le Service tous les jours le matin et le soir sans manquement.

Ensuite, concernant les Gestes des mains du Yorozuyo et des Douze Hymnes, il sera assez difficile de danser tout seul en retenant l'ensemble des mouvements. Il semble que des efforts considérable soient nécessaires. Cependant, il est vrai que n'importe qui pourra danser pour peu qu'il ait envie d'apprendre.

J'ai souvent entendu parler d'étrangers qui même s'ils ne comprennent pas le japonais sont capables de danser seuls les Douze Hymnes en seulement trois mois d'Institut de formation spirituelle Shûyôka au Jiba.

C'est un peu honteux pour moi de vous avouer cela, mais moi qui suis né et qui ai grandi dans une église de Tenrikyô, ce n'est qu'à mon époque universitaire que je suis devenu en mesure de danser les Douze Hymnes sans voir les paroles. Peut-être était-ce parce que jusque-là je n'avais pas vraiment eu l'occasion de danser seul. Je pense qu'il y avait toujours quelqu'un à côté de moi quand je pratiquais la Danse Sacrée.

Quand j'étais en deuxième année à l'université, j'ai fait une détermination du cœur, et j'ai commencé à danser les Douze Hymnes tous les jours, et c'est là que j'ai pu me rendre compte pour la première fois que je ne savais pas danser seul.

Moi qui pensais savoir danser seul, cela a été une expérience très choquante. Après cela, je me suis exercé avec acharnement et j'ai pu danser tout seul. Je me souviens avoir compris à l'époque que je devais tout pratiquer sérieusement.

Comme on entend parler du Teodori de la Joie, si on danse les Douze Hymnes, notre cœur est exalté. Si l'homme s'exalte, Dieu aussi s'exalte. Si Dieu s'exalte, Dieu exalte le monde.

Je souhaite que vous vous fixiez votre propre objectif à atteindre pendant ces trois années pour vous améliorer dans la pratique des Danses Sacrées. Il en est de même pour les personnes qui savent déjà les danser ; faisons à nouveau les efforts d'examiner notre façon de danser et efforçons-nous de corriger nos mauvaises habitudes dans les gestes. Notamment, il est très important de danser en nous ajustant au centre lors du Service mensuel.

Il y a quelques années, Monsieur MIYAMORI de l'Eglise Mère nous a indiqué les trois dispositions de cœur pour célébrer le Service. Ces trois dispositions sont le cœur pur, l'union des cœurs et le cœur exalté. Il est très important de les garder à notre esprit lors de l'exécution du Service.

Pour recevoir la protection divine, il est donc nécessaire d'accomplir le Service dans l'union des cœurs, débordant de joie et de sincérité pure, tout en s'en remettant à ces paroles divines.

Le troisième objectif est « Invitons nos amis à aller prier à l'Eglise, dans différents Mission Postes, au Centre ou encore, chez soi&nbsm;».

Cet objectif est le nioigake (exhaler le parfum).

Comme il est indiqué dans le Mikagura-Uta,

« La moindre parole peut être hinokishin.
Nous répandons simplement le parfum de Dieu.&nbsm;»

Nous transmettons la moindre parole de Dieu et la vérité de l'Enseignement en exhalant une bonne odeur.

Puis, faisons en sorte d'inviter nos proches au Centre, à l'Eglise, au Missions Postes ou bien chez nous, qui incarnent les lieux dans lesquels peuvent être exécuté le Service. Et le fait de les ramener au Jiba constituera le grand final de notre conduite effectué auprès d'eux.

Comme vous le savez, le premier acte de nioigake (exhaler le parfum) dans le Tenrikyo a été la mission pour Osaka effectuée par Kokan, la fille cadette d'Oyasama.

Sur l'ordre d'Oyasama, Kokan s'est rendue en compagnie de trois autres personnes, jusqu'à la ville de Osaka, éloignée d'environ 50 kilomètres du Jiba pour y faire connaître le nom d'Oyagami.

Cet épisode nous est relaté comme suit dans la Vie d'Oyasama :

« Ce jour-là, Kokan et ses compagnons, ayant quitté de bon matin le village de Shoyashiki, se dirigèrent vers l'ouest ; ils passèrent le village de Tatsuta, franchirent le col Jûsan et entrèrent dans la province de Kawachi.

Marchant toujours à l'ouest, ils arrivèrent à Dôtombori où ils passèrent la nuit. Le lendemain de bonne heure, on les vit apparaître à un carrefour très fréquenté où ils se mirent à chanter d'une voix vibrante, en s'accompagnant du claquoir :

Namu, Tenri-O-no-mikoto, Namu, Tenri-O-no-mikoto...

Au nom d'Oyagami, dans la foule qui s'était attroupée par curiosité et qui ignorait tout du nom du Parent véritable, il y eut des gens qui éprouvèrent alors sans savoir pourquoi une sorte de douce nostalgie rayonnante et fraîche.

Namu, Tenri-O-no-mikoto, Namu, Tenri-O-no-mikoto...
Ainsi allaient-ils de carrefour en carrefour et la voix de Kokan résonnait claire et fraîche au son du claquoir; et les gens se sentaient tout rassérénés. »

En fait, c'est cette année qu'est décédé le père de Kokan, Zembei(le mari d'Oyasama).

C'est endeuillée par la disparition de son père que Kokan partit «exhaler le parfum» à Osaka, portée par la Volonté d'Oyagami.

Pour Kokan qui était une jeune fille de 17 ans, entonner d'une voix vibrante le nom divin au son du claquoir dans les rues d'Osaka, qui était une ville très animée, devait à n'en pas douter constituer une épreuve particulièrement intimidante, cela même si elle était accompagnée d'autres personnes.

Cependant, c'est vrai que le fait d' «exhaler le parfum» était le premier pas pour le salut du monde.

En route vers Osaka du Jiba, il faut franchir un col raide qui s'appelle Jûsan. Aujourd'hui encore, beaucoup de gens empruntent ce même chemin en franchissant le col Jûsan jusqu'au Jiba pour suivre la trace de Kokan et prier au secours des malades.

Moi aussi, à l'époque où j'étais étudiant, je suis retourné au Jiba plusieurs fois en franchissant le col Jûsan. Je me souviens avoir fortifié mon cœur à chaque fois car cet itinéraire nous rappelle la peine de Kokan.

Je reprends le fil de mon histoire, comme ça, en exhalant un peu d'odeur, en répandant le nom de Dieu « Tenri-O-no-mikoto&nbsm;». Répandre le nom de Dieu signifie que de plus en plus de gens, dans une zone encore plus élargie, réciteront « Namu, Tenri-O-no-mikoto&nbsm;».

En d'autres termes, je pense qu'on peut dire que l'essence même de l'exhale-parfum se trouve précisément dans l'accomplissement du Service, réalisée dans la dévotion pour Oyagami.

C'est exactement,

« Même partout dans les montagnes,
Le Service de Tenri-Ô est célébré.&nbsm;»

Par conséquent, notre action d'« exhaler le parfum&nbsm;» doit se faire de manière à transmettre aux gens environnants le nom d'Oyagami Tenri-O-no-mikoto qui est le Dieu originel et le Dieu véritable. Puis, nous devons faire en sorte de les guider vers les lieux où le Service est exécuté.

Et il va sans dire que la chose la plus importante sera de retourner au Jiba où le Service du Kagura est exécuté.

Nous venons maintenant d'effectuer le premier pas dans notre marche qui doit nous mener vers le 50e anniversaire de la fondation de Tenrikyo Europe Centre. Nous avons tous des vies différentes mais entraidons-nous et redoublons d'efforts pour atteindre cet objectif commun !

Je vous remercie de votre attention.