Tenrikyo Europe Centre

Loading ...

Discours du Service mensuel de juillet '17

Mineko MIURA (Chef de Tenrikyo Chinzei Amstel)

Grâce à la gentille invitation de M. Hasegawa, chef du Tenrikyo Europe Centre, je vais vous faire le même discours que j'ai ainsi donné a l'ouverture du Chinzei Amstel Fukyosho.

Merci à tous d'être venus aujourd'hui.

Le 25 décembre de l'année dernière, le chef de la grande église de Chinzei a demandé à l'Église Mère les documents pour établir le centre de mission de Amstel.

La demande a été reçue avec succès : le dossier a été accepté par l'Église Mère le 28 décembre.

Aujourd'hui, le 26 janvier, à la date de la Grande Célébration du Printemps à l'Église Mère, nous célébrons le service d'ouverture du Centre de mission Chinzei Amstel.

Je remercie Monsieur et Mme Yoshihisa Mariko Hasegawa, chefs du Tenrikyô Europe Centre de Paris, venus visiter le Amstel Fukyosho en tant que représentants de l'Église Mère.

Je vous remercie, vous tous encore une fois pour votre participation.

L'histoire de Chinzei et les Pays-Bas remontent en 1973, avec M; et Mme Ichiro et Hanako Tsuneoka.

Ils avaient fait un voyage en Europe pour fêter leurs noces d'or. A l'époque, ils avaient engagé une guide interprète japonaise aux Pays-Bas.

Elle voulait une jeune fille japonaise au pair à la maison car elle désirait donner une atmosphère japonaise à ses enfants.

M. Hiroshi Tsuneoka, bien qu'il ne pensait à personne à ce moment-là accepta de l'aider.

Depuis l'année suivante, en 1974, la grande église de Chinzei a commencé à envoyer des jeunes filles comme des missionnaires à l'étranger aux Pays-Bas.

M. Hiroshi Tsuneoka a demandé un visa pour la jeune fille au consulat hollandais de Kobe. A l'époque, l'officiel au consulat trouvait cela louche que la jeune fille aille travailler pour une famille sans recevoir de salaire. Quand M. Tsuneoka est entré au consulat, un homme s'est approché de lui en l'appelant très fort. C'était M. T qui travaillait depuis longtemps au consulat. C'était aussi l'homme que M. Tsuneoka avait aidé pour son examen d'entrée à l'université de Hawaï. L'admiration et respect envers M. Tsuneoka qu'il avait a largement facilité le processus d'obtention du visa pour les jeunes filles. L'arrangement a été perpétué pendant de longues années après.

En réalité, quand M.T est parti à Hawaï, M. Kashihara était également sur le même bâteau. Après être allé à l'université pendant 6 ans et demi, à son retour au Japon, il s'est de nouveau retrouvé sur le même bâteau que M. Kashihara. Et M. Kashihara dit à M. T : « si tu veux vraiment utiliser ton anglais, viens travailler avec moi ». C'est ainsi qu'il commença à travailler au Département des Missions de Tenrikyo. M. T a en réalite enseigné l'anglais à M. Kashihara et également à M. Iburi. Après avoir travaillé pendant 3 ans à Tenri, il commença une carrière à Kobe au consulat néerlandais. Il a vraiment été guidé par Dieu Parent.

Aussi, M. Ichiro Tsuneoka, l'ancien chef de la grande Église de Chinzei et sa citation, souvent référée à : « le destin est précieux ».

Il est écrit :

« Sois dénué. Dépouille-toi. Dévoue ta personne complètement aux autres. Car c'est ce cœur sincère qui est en harmonie avec la Loi du Ciel et de la Terre. Si tu es protégé par la Nature, rien ne te rompra ».

J'ai entendu que ma foi a commencé avec mon arrière-grand-père Ueno, 3 générations avant devenues fidèle après être malade. Il donna son terrain et sa maison comme une offrande à la Grande Église de Chinzei autour des années 20 de Meiji, (vers la fin 1880s), son jeune frère est parti faire de la mission sans appartenir à aucune église en particulier et est mort à Kagoshima sur son chemin. Mon grand-père était un membre exécutif de la Grande Église de Chinzei et ma tante était en charge des finances de l'église.

Aux alentours de l'année 10 de l'ère Showa, mon père, jeune, est rentré à l'École des Langues Etrangères de Tenri qui est maintenant l'Université de Tenri. Pour y rentrer, il a été adopté par son beau-frère de la Grande Église d'Ashizu et son nom fut changé à Matsukuma Shigeyuki.

Il avait prévu de rentrer à la maison familiale après l'obtention de son diplôme mais à peine 2 ans plus tard, le 2 janvier 1937, le restaurant et maison de ses parents ont brûlé et 3 membres de sa famille ont été emportés par l'incendie. Sans l'assistance de ses parents, il décida de quitter l'école et travailla comme missionnaire, offrant son salaire chaque mois à l'église.

A la requête du chef de la Grande Église d'Ashizu, Shigeyuki qui était en charge de la comptabilité vendit le terrain du la Grande Église pour offrir l'argent à l'Église Mère pour l'Anniversaire de la Disparition d'Oyasama. A la suite de cela, il a été renvoyé par les membres directeurs de la Grande Église Ashizu. Le chef de la Grande Église a demandé à l'Église Mère une terre où ils pourraient loger. Notre famille a décidé de rentrer à la Grande Église de Chinzei.

Le beau-frère de mon père, qui travaillait en missionnaire ramena des personnes sans domicile à vivre avec nous. Peu de temps après, je suis née près du collège de Tenri dans un domicile privé appartenant à l'Église Mère.

J'ai complété le Séminaire de Développement Spirituel Shuyoka en avril 1979, la 456ème promotion. Ensuite, j'ai travaillé peu de temps à la Grande Église Chinzei avant de venir à Haarlem en octobre comme la 9ème jeune fille missionnaire, restant à la maison de M. Y. L'environnement était différent de celui que je m'étais imaginé mais je me suis dit que 2 ans allaient vite passer. Mais en réalité, je suis restée là-bas pendant 3 ans et demi. En effet, une rumeur circulait que les conditions de vie aus Pays-Bas étaient très difficiles à l'église de Chinzei ce qui faisait qu'il était difficile de trouver une personne pour me succéder, ce qui a prolongé mon séjour.

Cela est vraiment étrange mais en 1981, j'ai rencontré un jeune grand maître du cérémonie de thé Enshu au Musée National des Antiquités Leiden qui m'a suggéré d'apprendre la cérémonie du thé. J'ai commencé à le pratiquer, mon professeur était M. Koji Miura, et après être rentrée et travaillé à l'église pendant 2 ans au Japon, je me suis mariée avec lui en mars 1985.

En mars 1985, avec l'aide financière de M. Tsuneoka, le centre de mission Chinzei Netherlands a été établi. C'était un nouvel endroit où les jeunes filles missionnaires pouvaient se rassembler et se détendre ensemble. L'endroit était géré par Mlle Kaori Ide, et ensuite par Mr et Mme Yasunori et Etsuko Matsudaira. Au total 36 jeunes personnes, majoritairement des femmes ont été envoyées aux Pays-Bas.

Mr Koji Miura a aussi coopéré dès le début comme membre exécutif aidant à l'établissement du centre de mission Chinzei Netherlands.

Les activités du centre se sont développées au fur et à mesure des années en se transformant en une grande maison avec un grand jardin. Il y avait le service mensuel chaque mois, les Jours de Hinokishin, les conférences de la Vie de Joie, les ventes de charité, concerts par le couple Kitazato, la fête du mochi (gâteau de riz)et le Service du Nouvel An. Le centre de mission a permis de belles rencontres et certaines circonstances ont permis à des jeunes filles de la famille Bochove et Nederkoorn.

En 2003, dû à la dette de la Grande Église Chinzei, la vente du centre de mission a été décidé pendant une reunion de la Grande Église Chinzei et en 2004, nous avons dû fermer le centre missionnaire et vendre le terrain. La même année en avril, mon premier fils Yoshitaka est entré au Lycée d'Oyasato de Tenri.

En 2005, M. Nagao, à l'époque chef du Tenrikyo Europe Centre à Paris m'a demandé de joindre comme observatrice à la Réunion du Comité Européen De Tenrikyo.

Le 22 septembre de cette année, la conference de la Vie de Joie a pris place dans ma maison, le conférencier étant M. Kamada, que je connais depuis longtemps et dont je suis proche. Grâce à lui et son aide, nous avons réussi à faire de cet événement un succès.

Plus tard, je suis devenue une membre du Comité Européen de Tenrikyo et ai rejoint l'Association Européenne des Femmes lors de son établissement.

Ensuite jusqu'en 2014, nous avons eu des conférences de la Vie de Joie 10 fois. De nombreux conférenciers ont pu venir grâce au soutien du TEC.

Après 2014, en 2 années consécutives, nous avons pu lire des textes écrits par des conférenciers du Département des Missions Etrangères. Le texte anglais était lu par Rob Nederkoorn et moi le texte japonais.

Les familles Kitazato, Nederkoorn Nakayama, Nikken Kamijo et Bogers Hosoe nous ont ouvert leurs portes pour se rassembler.

Mon premier fils est entré à l'Université de Tenri en 2006, et l'année suivante Takahiro mon second fils est entré au Lycée De Tenrikyo. Grâce à mes enfants, mon mari M. Koji Miura a pu assister au Besseki.

Ma fille et moi-même avions prévenu mon mari que s'il ne finissait pas d'assister au Besseki 9 fois avant que mon second fils ne le fasse, qu'il serait ridiculisé jusqu'à la fin de sa vie. Il devint Yoboku le 15 Novembre 2009.

Mon premier fils a travaillé au Département des Missions Etrangères après l'obtention de son diplôme et est revenu aux Pays-Bas en avril 2014.

La même année, nous avons pu assister à la Reunion des Yoboku organisé par l'Église Mère.

Le 27 Septembre 2015, ma fille Mariko se maria avec Masahito Takeuchi.

La procédure d'obtention d'un visa pour l'Angleterre n'a pas été facile mais en octobre 2016, elle déménagea enfin à Londres. Heureusement, je n'ai pas senti de grande tristesse que ma fille quittait la maison mais au contraire, j'étais plus heureuse que le couple marié soit enfin réuni.

Au Service Mensuel de Décembre 2016 au TEC, durant la Première Partie du Service, j'ai pratiqué les danses sacrées avec ma fille et son mari et le chant était la voix de M. Takeuchi, le père de son mari.

J'ai ressenti une immense gratitude de pouvoir célébrer le service ensemble avec ma fille après avoir dépasse la période de rebellion qu'elle a eu jeune. Mon sentiment était tellement fort que je devais exprimer ma gratitude envers Dieu Parent. Au retour au Japon en fin Septembre 2016, je discutais avec mon frère Koichi Matsukuma. En discutant avec lui, j'ai beaucoup réfléchi sur le fait que je sois member du comité européen et de l'association européenne des femmes.

J'ai aussi réfléchi sur le déces de mon ami Yuriko Taniguchi et en ai parlé à mon frère. D'ailleurs, quand je me suis mariée et suis partie aux Pays-Bas comme jeune mariée, M Utsumi un chaman auquel je faisais confiance m'avait annoncé que Mme Hanako Tsuneoka venait avec moi. De son vivant, Mme Tsuneoka travaillait à l'église mère tout en s'occupant de son mari M. Tsuneoka qui donnait des conférences 365 jours par an, tout autour du pays.

Quand j'en ai parlé à mon frère, il me dit que le fait qu'elle soit venue avec moi, je devais avoir reçu la loi du Jiba. En écoutant ses paroles, je fus d'accord avec lui. Dans le futur, je me devais d'accepter ce que Dieu Parent voudrait que j'accomplisse.

Depuis 1971 à l'âge de 14 ans, j'aidais au repas du Nouvel An chez M.et Mme Tsuneoka, qui vivaient à Kyoto Chushin Sanso.

Un livre par M. Tsuneoka était distribué gratuitement tout autour du Japon. C'était comme une sorte de caravane en coopération avec le père de mon beau-frère. Mon père, malgré ses occupations très chargées, a également participé financièrement au projet.

De plus, des fidèles se rassemblaient 330 jours par an chez nous, ramenant en offrande nourriture pour manger ensemble après le travail et parler de Dieu Parent jusqu'à minuit.

Le grand-père de mon mari, bien qu'il ait une religion très différente de la nôtre, a lui-même fait de la mission en laissant garder ses enfants par sa famille.

Cela est vraiment étrange mais mon frère s'appelle Koichi(1er) et mon mari Koji (2ème) et mon neveu Kozo(3ème) : 1,2,3.

Mon mari a commencé à utiliser une canne depuis mars 2016, ayant des problèmes avec sa jambe. A son retour du Japon, il ne pouvait pas marcher et il a dû se déplacer dans un véhicule électronique à l'aéroport le 16 décembre.

J'ai demandé à Yoshitaka, mon fils aîné, de l'accompagner pendant son voyage d'affaires et porter ses bagages pour lui. Yoshitaka est rentré du Jiba pour la première fois depuis 2 ans et demi et se sentait navré pour les troubles qu'il a causés aux gens autour de lui lorsqu'il travaillait à Tenri. En même temps, j'étais reconnaissante de Dieu Parent comme je pensais à établir un centre de mission. J'ai demandé à Yoshitaka lorsqu'il était à Tenri de s'occuper des documents pour faire la demande. Il accepta immédiatement mais en même temps, il réalisa qu'il devrait reprendre l'établissement lui-même et l'a ressenti comme un fardeau.

La nuit du 13 décembre, à 19h30, un incendie s'est déclaré dans les conduits d'aération dans le restaurant dans lequel Yoshitaka travaillait. L'incendie a vite été éteint ce qui évita des victimes. Le jour suivant, le 14 décembre, je lui reparlai du centre de mission. Cette fois, il accepta gentiment. J'ai aussi remercié Dieu Parent de l'avoir sauvé d'un grave accident. Je lui ai indiqué que c'était la protection divine : d'une grande malchance à une petite, une petite plus ma gratitude envers Dieu Parent. malchance à rien.

Le jour suivant, j'ai annoncé mon projet à mon mari et bien qu'il fut très surpris, il accepta tout de suite. Cela arriva le jour de l'anniversaire de ma fille Mariko.

Le 23, ils sont arrives à Tenri et ont immédiatement commencé à remplir les documents pour faire la demande et à minuit, ce jour-là, Mr et Mme Fukuhara, chefs de la Grande Église de Chinzei, sont arrivés en voiture. Ils arrivèrent plus tôt que prévu.

Le jour suivant, ils ont discuté et ont montré les documents auxquels il trouva des choses à modifier. M. Fukuhara a écrit de lui-même la dernière version et le soumit à l'Église Mère le 25, j'ai su que la demande a été acceptée le 28.

Lorsque j'ai lu le document, c'était le 26 décembre, je me suis rendue compte que c'était le jour que mon père était décédé 23 ans plus tôt, ce qui grandit encore plus ma gratitude envers mes aïeux.

Le chef du tsumesho Chinzei, les chefs de l'église Nanto Chushin et grande église ont tous été surpris. Mon frère cadet surpris me demanda d'où était venu l'idée. Je lui ai répondu : « Personne ne m'a demandé de le faire. Il était juste temps. »

Je ne connaissais pas du tout les procédures; ou ce à quoi je devais m'attendre. Après que ma demande ait été acceptée, je devais juste attendre l'autorisation. Le11 janvier, j'ai reçu un appel du TEC me demandant quand serait la cérémonie d'ouverture. A ce moment-là, je n'avais pas encore bien compris que si la demande été acceptée, cela voulait dire que l'autorisation était donnée.

Lorsque j'ai enfin réalisé que la permission avait été donnée, j'avais une date en tête pour la cérémonie d'ouverture : le jour de la Grande Célébration du Printemps à distance du Jiba le 26 janvier. J'ai demandé à M. Hasegawa et il a répondu que ce jour était bien. Ce jour-là était l'anniversaire de mon second fils Takahiro.

Pour nettoyer la maison pour la cérémonie d'ouverture du centre de mission, il était absolument nécessaire d'avoir quelqu'un de fort. Yoshitaka était disponible car les dégâts causés par l'incendie dans le restaurant où il travaille devaient être réparés. Il était donc à la maison tout en continuant de recevoir son salaire, même partiellement. Grâce à la protection de Dieu Parent, le nettoyage se déroula très bien. Nous avons pris le vieux piano avec l'aide d'un ami et mis l'autel sur un meuble neuf : Il était enfin possible de recevoir les fidèles pour célébrer le service.

Certaines personnes m'ont envoyé des personnes pour me féliciter, en entendant la nouvelle de la grande église. J'ai essayé de contacter M. Hiroshi Tsuneoka le 15 et il a été vraiment ravi de la nouvelle qu'un nouveau centre missionnaire allait ouvrir. Il m'a dit qu'il aurait souhaité venir le 26 mais que cela était un délais trop court et que cela serait impossible. Comme à son habitude il avait l'air d'être bien. Pour ma part, je n'ai pas été bien pendant de nombreuses années, ma maladie ne partant pas mais je profite de la vie tous les jours.

Dorénavant, je voudrais m'occuper de mon corps et continuer mes activités au centre de mission étape par étape. Les choses se sont vraiment bien déroulées grâce à la protection de Dieu Parent.

J'étais plutôt inquiète quand j'ai entendu que M. Hasegawa serait à la cérémonie d'ouverture, mais il m'a conseillé de demander conseil au chef de la grande Église de Chinzei pendant une conversation téléphonique. J'ai tout de suite envoyé un mail à M. Fukuhara mais je ne m'attendais pas à un retour en particulier. Le 18 janvier, j'ai recu une réponse de M. Fukuhara avec les instructions détaillées du sermon le saibun. Je lui ai répondu avec gratitude que ma détermination était prise. Le jour de la cérémonie se déroula très bien grâce au soutien de Mr Hasegawa.

Bien que nous n'ayons pu jouer que le Hyoshigi, la flûte, le koto et shamisen, nous avons pu danser les 12 hymnes avec M et Mme Hasegawa et tous nos amis aux Pays-Bas. En y pensant, cela est étonnant mais 14 ans étaient passés depuis la dernière fois qu'un service accompagné des instruments de musique avait été célébré. Je me suis vraiment rendue compte qu'il était extrêmement important de s'entraider et de continuer à célébrer le service tous ensemble.

Je vous remercie pour votre attention.