Tenrikyo Europe Centre

Loading ...

Discours du Service mensuel de novembre '19

Yoshiro SHIMIZU (Chef de Tenrikyo Köln Fukyosho)

L'époque de balayer les feuilles mortes est arrivée. Lorsque vous nettoyez en ratissant ces feuilles d'automne tombées sur le sol, vous ressentez une agréable transpiration. Tout en ratissant, pourquoi ne pas s'imaginer que les feuilles mortes représentent les poussières mentales qui remplissent notre cœur tandis que la pelouse verte représente le cœur propre ? Oui j'en conviens, cette analogie est un peu forcée ; cependant, cette herbe verte recouverte de feuilles mortes, elle réapparaît si je la ratisse entièrement ;

J'ai pensé que les poussières mentales sont des choses qui s'accumulent tant que dure la vie humaine. Oyasama, la fondatrice de la religion de Tenrikyo, dit en autre que les poussières mentales sont des choses qui s'accumulent par nature. Dans les Anecdotes de Oyasama, celle-ci nous enseigne que même si vous calfeutrez le mieux possible votre maison nouvellement bâtie, au bout de 2 ou 3 jours les tatamis seront blancs de poussière, et que c'est ainsi ; si vous ne balayez pas tous les jours votre cœur, la poussière mentale s'accumule. Elle nous persuade que les poussières mentales sont à l'origine des maux et que la mauvaise utilisation du cœur engendre des poussières mentales qui obscurcissent notre cœur, et finalement vous devez soigner vos maladies et vous occuper de vos problèmes ; il n'y a rien de mieux que l'absence de poussière. Une histoire raconte, que Oyasama elle-même disait qu'elle s'empoussière que rien que de sortir et de marcher dehors.

Je ne veux pas dire par là qu'un coeur poussiéreux est normal, mais Oyasama insistait sur l'importance et la joie que procure aussi le nettoyage de ces poussières. Je pense que vous avez tous déjà ressenti un sentiment de bien-être après avoir ratissé des feuilles mortes. Se purifier des poussières mentales est surement aussi quelque chose de rafraichissant. Les poussières mentales sont les suivantes : la mesquinerie, la convoitise, la haine, l'égoïsme, la rancune, la colère, l'avidité et l'orgueil, le mensonge et la flagornerie. Dieu n'aime pas non plus ni le mensonge et ni la flatterie. Oyasama nous enseigne cordialement qu'il est important de nous purifier de ces poussières mentales.

Je voudrais vous raconter encore une autre histoire de poussière. Un matin, après avoir terminé mon ménage je suis monté détendu sur mon vélo pour aller au bureau. En chemin je me suis souvenu tout d'un coup de quelque chose qui s'est passé de nombreuses années auparavant. À cette époque Je me suis fait fortement engueuler par le chef de ma grande église. J'avoue être quelqu'un qui se fait souvent enguirlander. Je ne vais pas expliquer ici ce qui l'a mis en colère ; mais il y a eu aussi un évènement à l'Atelier de Tenri à Cologne : je pensais faire plaisir au chef de la grande église, j'en étais moi-même heureux et j'étais sûr d'avoir vu juste. Malheureusement à peine avais-je rendu compte de cela au chef que je me suis fait vertement réprimander : « Es-tu vraiment quelqu'un qui marche sur la Voie ? » m'a-t-il répondu. Si tu es une personne qui marche sur la Voie, cherche donc à comprendre les sentiments des autres ». Et moi qui pensais réellement lui faire plaisir, je faisais exactement le contraire. Cependant, je pouvais me creuser la tête comme je voulais, impossible de comprendre ni la raison ni les propos pour lesquels il se mettait en colère. Cette fête était quelque chose qui devait faire plaisir à énormément de gens. Le temps a passé, mais je continuais à ressentir un certain malaise dans le cœur. Et ce jour-là, en roulant sur ma bicyclette, d'un coup j'ai compris !

Ça y est, c'est ça ! J'ai enfin compris la raison pour laquelle le chef de la grande église était en colère ! C'est évident ! C'était deux ans après l'incident dont j'ai parlé.

Mais cette histoire qu'a-t-elle à voir avec les poussières mentales ? Ma façon de vivre et ma nature font que j'entasse facilement les poussières et c'est pour cela que le chef de l'église m'a réprimandé. La nature ou le caractère, c'est l'individualité que chacun possède. Il y a des bons côtés, mais de temps en temps cela va dans le mauvais sens. Je vais toujours droit devant moi. Une personne pourvue de cette nature se donne à fond quand elle commence quelque chose ou quand elle essaie de surmonter une situation qui semble impossible, mais une fois qu'elle s'est mise en route, elle ne voit plus rien autour d'elle. Il lui devient difficile de s'apercevoir de ce que ressentent les autres. Elle ne pense qu'à aller de l'avant. La malchance avec ce caractère, c'est qu'il a des difficultés à coopérer ou bien qu'il ait une tendance à ignorer ce que pense ou ressent l'autre. Ce caractère ou bien cette nature, chaque humain l'a en propre et on peut dire que c'est comme cela et pas autrement. Cependant, comme je l'ai mentionné plus tôt, dans certains cas, à cause de la façon d'utiliser un cœur qui est comme il est à cause de sa nature, on ignore les sentiments des autres et on ne reçoit en retour aucune reconnaissance ; aux yeux de Dieu on a une façon poussiéreuse d'utiliser son cœur. Mais pourtant même s'il en est ainsi, je pense que nous n'avons pas le droit de baisser les bras à cause de notre caractère. Je pense qu'un caractère recouvert de poussières n'en est pas mauvais pour autant.

La nature ou le caractère c'est l'individualité, c'est un cœur important et unique attribué aux humains par Dieu. On pourrait même dire que sans individualité il n'y a pas d'être humain. Comme vous le savez, si la nature humaine a de bons côtés et elle en a aussi de mauvais. Les mots et les attitudes dues à ma nature font que même à mon insu je blesse les autres ou provoque en eux des sentiments désagréables, et on nous enseigne que c'est cela qui devient de la poussière. Par exemple, que se passe-t-il si quelqu'un vous demande de lui donner un livre qui est à côté de vous et que vous lui donnez en le jetant sur la table ? La personne qui a donné le livre pense qu'on devrait lui être reconnaissante parce que finalement elle a donné le livre. D'autre part la personne qui vous a demandé de lui donner le livre vous a bien sûr demandé et elle vous en est reconnaissante, mais elle a une pensée désagréable en se disant qu'il n'était pas nécessaire de jeter le livre sur la table, que c'était brutal et manquait de délicatesse. Et en effet, même une chose faite inconsidérément et même si vous n'aviez aucune intention de jeter le livre, votre partenaire ne se réjouit pas et se sent mal à l'aise. Le caractère peut parfois mettre les gens mal à l'aise. Je me suis fait attraper par le chef de la grande église exactement à cause d'une poussière due à ma nature.

Ce soir-là, après être rentré chez moi, je me suis incliné devant le dieu véritable. Après tant années, j'avais enfin compris que c'était ma nature qui générait de la poussière mentale. Je me suis excusé auprès de Dieu en lui disant que j'étais vraiment désolé. Et je l'ai remercié ensuite de m'avoir fait prendre conscience de cette poussière. « Merci beaucoup, mon Dieu !» En ce qui me concerne, je m'étais enfin aperçu que c'était ma nature qui provoquait des poussières ! Et au moment où je me suis aperçu de cette poussière, j'ai pu m'excuser du fond du cœur et ai pensé que j'étais vraiment désolé de ce qui s'était passé à l'époque. Quand j'ai pensé cela, j'ai ressenti du fond du cœur de la reconnaissance qu'il m'ait été permis de prendre conscience de cette poussière. La joie que vous ressentez quand vous êtes reconnaissants est vraiment exceptionnelle. Depuis je travaille fermement à essayer d'améliorer mon caractère qui provoque des poussières. Malheureusement mon caractère ne s'améliore pas tout de suite. Même si j'ai une tendance à répéter la même chose, je me suis rendu compte que je pouvais m'arrêter d'un coup, et j'en suis vraiment reconnaissant.

Et maintenant pourquoi avoir pris conscience de mes poussières rien qu'en faisant du vélo ? Comprendre mes poussières signifie que je me regarde moi-même d'une façon objective. Je pense qu'il est très difficile de se voir sans se regarder dans un miroir. J'avais reçu des indices avant de commencer à me comprendre soudainement moi-même. Le ratissage du jardin en était probablement un. Quand quelque chose ne va pas, la meilleure chose à faire pour moi, c'est de bouger en faisant le hinokishin. Balayer le jardin a peut-être été une action symbolique qui m'a rappelé la poussière mentale.

Mais, pour changer de sujet, Le hinokishin m'a dévoilé jusqu'à ce jour deux ou trois problèmes qui n'ont rien du tout à faire avec celui dont je viens de parler. Ces problèmes n'ont aucun rapport entre eux, le premier concerne une communication qui ne marche pas à cause de malentendus dans les relations humaines, le deuxième concerne la comptabilité, et le troisième des problèmes physiques. Quand s'accumulent trois problèmes de circonstances ou de santé, je considère qu'il s'agit de signaux divins. Dans ces cas-là j'essaie au moins une fois de schématiser le problème. Je me demande de quoi il s'agit. À première vue, un certain nombre de problèmes était sans rapport avec les autres, mais le schéma pointait vers un centre, alors ce centre de quoi s'agissait-il ? Même si les problèmes sont différents, il y avait toujours moi au centre. Je suis sûr que vous pensez que c'est évident et je pense que vous êtes stupéfait que je ne l'ai pas remarqué. Mais je pense qu'il est très intéressant de vérifier avec un schéma que le moi est au centre du problème. Si vous y réfléchissez, les racines aux problèmes que vous avez devant les yeux, remontent en réalité à un évènement qui a eu lieu de nombreuses années auparavant. De plus en écrivant des choses qui sont devenues des problèmes qu'on n'arrive pas à résoudre, on se remémore un peu à la fois. Par exemple : à cette époque j'ai réagi de façon émotive et c'est ce qui m'a fait sans doute cracher des mots semblables. Au travers cette situation qui est là devant mes yeux, je me souviens de mon moi ancien. Il n'est pas rare que je pense que cela était déjà peut-être de la poussière. À cette époque n'était-il pas fréquent que le problème prenne la même direction ? À première vue si on essaie de schématiser différents problèmes, le petit problème qui est en face de moi, je m'aperçois que dans le passé des choses semblables se sont passées et qu'il est possible que ce soit mon attitude qui a causé de la gêne à l'autre ? En d'autres termes, la situation qui se présente est différente, mais vous remarquez que des problèmes similaires se répètent depuis le passé jusqu'au présent. Bien sûr, le simple fait de le remarquer ne signifie pas forcément que vous trouvez une solution et que les choses s'améliorent rapidement. Cependant, mon problème actuel n'est pas isolé, il est relié au passé et le fait de sentir que le problème est relié à ma nature est l'amorce d'une solution en soi.

C'est pour cela sans doute que ma prise de conscience en ratissant le jardin ou « l'illumination » s'est faite en roulant à vélo.

Lorsque vous vous occupez d'une poussière, il peut arriver qu'une autre poussière mentale apparaisse. S'il ne fait aucun doute que ce problème actuel est causé par une poussière du cœur, même si ce problème est compris rationnellement et résolu efficacement, il n'est pas exclu qu'il se reproduise encore. Pourquoi ? Dans beaucoup de cas à la base du problème il y a mon caractère ou ma nature. Le même problème se répètera si je ne change pas l'orientation de mon caractère. Prendre conscience de la poussière mentale, cela veut dire aussi éviter que le problème ne se réitère dans le futur.

En d'autres termes on pourrait dire que la poussière mentale a été remarquée et sauvée grâce à la poussière mentale. Bien sûr, on n'est pas forcément sauvé par la poussière. À partir du moment où on prend conscience qu'on accumule des poussières, on arrive à s'efforcer de les nettoyer et dans ce sens, les poussières sont des grandes prémisses sur la voie du Salut. Alors comment nettoyer la poussière ? Comment améliorer un caractère qui accumule les poussières ?

Tout d'abord, faire le Service devant Dieu, s'excuser auprès de Lui et, surtout le remercier. En pratiquant le Service tous les jours, tous les jours, l'orientation de mon cœur change et un jour la poussière mentale sera nettoyée. À travers la situation actuelle vous remarquez la poussière du passé; que la situation actuelle, par ex. une chose qui est arrivée parce que vous pensiez avoir raison ou autre, que se passe-t-il si vous comprenez qu'en fait c'est votre caractère qui a donné naissance à ce problème ? En reconnaissant une poussière mentale, vous êtes en mesure également de nettoyer d'autres poussières. On nous enseigne qu'il est facile de nettoyer nos poussières mentales. Pourvu qu'on s'en aperçoive, chacun de nous est à mesure de le réaliser. Et en nettoyant seulement une petite poussière mentale, on est en fait capable de changer en grand le cours de son destin et sa manière d'être dans le futur.

N'est-ce pas quelque chose de magnifique de d'être en mesure de changer sa vie et son futur grâce une petite action ?

Je voudrais maintenant approfondir un peu le sujet des poussières mentales. La source des poussières, c'est la causalité, en japonais innen. À l'origine c'est un mot bouddhique. Oyasama a utilisé le même mot pour enseigner la religion Tenrikyo. Le concept de la « causalité » (innen) de Tenrikyo est une compréhension unique de croyance karmique. Dans ce qu'enseigne la Fondatrice, Il existe en gros deux sortes de causalité, la causalité de Tenri et la causalité chaque personne.

Tout d'abord la causalité de Tenri est constituée de la causalité de la date de fondation de la religion de la religion, la causalité du Jiba, et la causalité de l'âme de la fondatrice. En termes simples, on peut dire qu'après un temps prédéterminé écoulé depuis la création de l'homme, le dieu d'origine apparaitra à l'endroit où l'être humain a été créé : c'est ce qu'on appelle La causalité de la fondation de la religion. C'est la causalité de Tenri.

La causalité de chaque être humain, c'est la pulsation de la vie depuis le début de la création humaine par Dieu. C'est la façon de vivre de chaque personne. La causalité désigne que vous naissez, où vous vivez, elle désigne pourquoi vous êtes en vie et dans quelle direction vous allez. Quelquefois je me demande si l'enseignement de la causalité n'est pas quelque chose comme l'ADN.

On nous enseigne que l'âme réside dans l'être humain. Le corps humain a une certaine durée de vie et on nous enseigne qu'il peut être utilisé jusqu'à 115 ans. Pourtant, un jour, il vieillit et prend son départ pour l'au-delà. On nous enseigne aussi que l'âme continue d'exister. Au moment où l'homme a été créé par Dieu, celui-ci lui a donné une âme et depuis ce temps l'être humain l'utilise à volonté. L'âme correspond au caractère et à l'individualité de chaque personne. Le corps, l'instrument de l'âme, a été emprunté à Dieu, et l'être humain, c'est-à-dire nous, peut s'en servir librement. Le caractère de chaque personne provient de son âme. L'âme est arrivée au temps présent en empruntant des corps et cela pendant des centaines et des milliers d'années.

Vous avez tous vraisemblablement perdu des personnes proches, moi-même j'ai perdu mon grand-père, ma grand-mère, mon père et ma mère; si leur corps a disparu, leur âme continue à exister et va surement se réincarner à un endroit ou à un autre. Pendant que notre âme réside dans notre corps, nous expérimentons de nombreuses choses. Les expériences faites durant ce laps de temps sont enregistrées de façon très précise par notre âme. Vous tous qui êtes ici aujourd'hui, vous avez aussi une âme qui a déjà vécu pendant des centaines et des milliers d'années ; et votre façon de vivre jusqu'à présent se reflète dans votre âme, dans votre caractère et dans votre individualité actuelle. Quand je regarde mon caractère et ma nature, Je sais que je suis d'un côté influencé par des connaissances acquises grâce aux expériences faites jusqu'à présent. C'est une personnalité consciente. D'autre part, la connaissance des expériences de l'âme qui vit depuis des milliers et des milliers d'années, prend son origine dans le caractère. C'est deux choses forment ensemble la personnalité de chacun de vous. Le psychologue C.G. Jung appelle cela le conscient et l'inconscient. Il explique cela vraiment très bien. Nous appelons causalité - innen - les connaissances que l'âme a acquises grâce aux expériences qu'elle a faites jusqu'au présent. La causalité - innen - est la somme des expériences faites par l'âme et elle a une grande influence sur notre caractère et notre individualité actuelle. Si nous pouvons comprendre cette causalité - innen -, nous serons en mesure de savoir comment nous avons vécu dans le passé et quel genre de moi renaitra dans le futur. Et maintenant comment pouvez-vous comprendre cette causalité - innen - , c'est-à-dire comprendre notre moi dans le passé, dans le présent et ce qu'il sera dans le futur ?

Vous pourrez peut-être dire que vous avez hérité de votre caractère de vos parents parce que vous observez qu'ils vous ressemblent. Et vraiment les enfants ressemblent à leurs parents. C'est pour cela que quand nous repensons à nos parents nous comprenons peut-être une partie de nous. C'est aussi une façon d'observer la causalité - innen. Mais pour comprendre le chemin de l'âme que l'on appelle la causalité - innen -, on est obligé de se pencher sur le problème des poussières mentales dont nous avons parlé auparavant.

Alors retournons à nos poussières! Il y a huit sortes de poussière mentales et deux mauvaises façons d'utiliser le cœur. C'est expliqué d'une façon très concrète de sorte que chacun peut comprendre facilement et peut nettoyer de suite ses poussières ; c'est vraisemblablement cela l'amour du Dieu-Parent. Dans la doctrine de Tenrikyō nous connaissons huit sortes de poussières mentales; mais si je lis ces mots « assurément, tu ne te dois pas te mettre en colère, assurément tu ne dois pas être avide », dans la vie quotidienne c'est quelque chose de difficile de le réaliser : nous nous fâchons tout de suite ou bien nous disons du mal des autres. Il est bien sûr important que je prenne conscience de chaque poussière et que j'y réfléchisse, mais quand un grand problème arrive, je désire essayer d'éclairer méticuleusement cette poussière mentale qui arrive. De cette façon je m'aperçois que l'origine de cette poussière mentale réside dans mon caractère qui ne s'en est pas aperçu. Encore une fois, ce que nous enseigne la poussière mentale est que quand un problème arrive, et même si on croit avoir raison, c'est que l'on reprenne son sang-froid et que l'on réfléchisse tranquillement à cette poussière. En d'autres termes, on peut dire que la poussière accumulée reflète mon caractère comme un miroir. Votre apparence dans le miroir peut parfois sembler complètement différente de ce que vous aviez imaginé. Mais pourtant les poussières font définitivement partie de mon image. Vous pourrez voir des choses que vous ne connaissiez pas jusqu'à présent. Cela peut montrer une situation issue de l'expérience de l'âme.

L'âme existe tout le temps. Elle a enregistré des milliers de générations que nous ne connaissons pas. Vous êtes probablement décontenancés quand il y a un grand changement de direction dans votre destin. Ça n'aurait pas dû être comme cela, pensez-vous peut-être. Que devrions-nous faire dans ce cas-là ? Rassurez-vous ! Oyasama enseigne comment elle va nous aider. Ce « coup » du destin vient surement du chemin que parcourt mon âme, et en changeant le chemin de mon âme, je peux arriver à changer mon mode de vie. On ne peut changer le chemin de son âme qu'en nettoyant les poussières venues des évènements qui ont lieu autour de soi; ce sont les poussières mentales qui influencent notre destin. Quand vous décidez de nettoyer une poussière mentale, Dieu vous dit que rien que le fait de vous en apercevoir suffit, vous pouvez vous détendre, vos parents vous tiennent dans leurs bras. Le Dieu-Parent est le « balai » qui nettoie la poussière de votre âme. D'abord apercevez-vous de la poussière mentale, puis prenez conscience de sa causalité, et ensuite nettoyez-en les poussières, En faisant cela vous peut changer le cours de votre destin. On change par cela l'aiguillage de la causalité - innen.

Le fait d'avoir participé aujourd'hui ensemble au Service est le meilleur moyen pour que la causalité - innen - change de direction : - Ashiki o harōte, tasuke tamae, Tenri Ō no Mikoto -

C'est cela! Et vous serez heureux d'avoir remarqué la poussière de votre âme ; grâce au Service, grâce au hinokishin et grâce à un cœur prêt à l'entraide, vous pourrez faire nettoyer votre poussière mentale. Vous pourrez changer le cours de votre destin.

Cette année se termine dans un peu plus d'un mois. L'année prochaine le Tenrikyō Europe Centre fête ses 50 ans. Pour cette fête commémorative, nous pouvons changer l'orientation de notre âme pendant ce qui reste de l'année et affirmer notre détermination à montrer le Salut au monde. De mon côté, je veux travailler dur afin de terminer ce qu'il reste à faire avant la fin de l'année.

Ceux qui sont venus aujourd'hui pour la première fois ne comprennent pas forcément ce que j'ai voulu dire, mais la visite que vous avez faite aujourd'hui à ce centre était probablement guidée par notre fondatrice. Vous avez été invités à venir par notre fondatrice et considérez cette opportunité comme un moyen de changer le cours de votre destin, afin qu'il prenne une bonne direction.

Croyez à Oyasama et approfondissez votre connaissance de cette voie.

Je vous remercie d'avoir pris la patience de m'écouter pendant si longtemps.