Tenrikyo Europe Centre

Loading ...

Discours du Service mensuel de juin '17

Jean-Paul SUDRE (Chef de Bordeaux Kyôkaï)

Comme vous le savez nous sommes en ce moment en France, dans une période d'élections pour renouveler les dirigeants du pays. Il y a donc beaucoup de discours, de propositions, d'interrogations sur les directions à prendre.

Nous voyons aussi se dégager des opinions et des avis différents dans la population où chacun donne sa solution pour régler les problèmes du monde. Au-delà de la politique, nous pouvons ressentir quelques soient les tendances, des sentiments soit plutôt positifs, soit plutôt négatifs.

En écoutant les gens tout autour de nous, on a l'impression que le monde ne va pas bien. Alors c'est vrai qu'il y a des choses qui ne vont pas bien, mais je n'ai pas l'impression que le monde va aussi mal qu'on le dit.

C'est peut-être le moment en tant que pratiquant de la Voie de s'interroger sur les impressions que les autres et le monde nous donnent, et sur nos attitudes et comportements dans notre chemin de vie.

Comme nous sommes soumis à un flot d'informations en continu à la télévision et à la radio qui nous rapportent les faits les plus dramatiques de tous les coins du monde, on a l'impression que le monde va extrêmement mal, même si nous ne sommes pas directement touchés par les drames qui surviennent ici ou là à travers le monde. Mais encore une fois, j'ai le sentiment que le monde ne va pas si mal que ça. On peut trouver beaucoup de choses très positives à travers le monde.

Il y a des gens qui agissent avec générosité, qui essayent d'harmoniser les conditions de vie autour d'eux en prenant des initiatives pour le bien commun. Du reste quand les difficultés touchent les gens de près, on peut voir que la plupart d'entre eux se mettent naturellement à chercher des solutions pour essayer de résoudre les problèmes auxquels ils sont confrontés. On a pu voir par exemple après des catastrophes comme le tsunami au Japon, ou bien les attentats en France, ou bien les inondations qui surgissent ici ou là, que les gens ont tendance à ce moment-là à s'entraider.

En tant que pratiquant de la Voie, et en nous référant à ce que nous dit Oyasama, j'ai la sensation que ceci est dû à la nature humaine qui est naturellement bonne.

Oyasama nous assure que les êtres humains ont une nature fondamentalement bonne malgré un peu de poussière qui colle à leur cœur.

Dans notre enseignement, l'état de sincérité du cœur est présenté comme le moteur indispensable produisant la santé et la réussite véritable. Ainsi plus on développera cet état à partir de la bonne nature naturelle de l'être humain, et plus l'individu va entrainer un cercle vertueux dans sa vie, qui va faire que les choses iront toujours mieux pour lui.

L'individu devenant un exemple et digne d'admiration peut jouir davantage de la liberté totale d'Oyagami. Nous sommes en fait tous capables de faire cette amélioration dans notre cheminement et devenir des pôles positifs.

Dans ce monde apparemment difficile, nous avons énormément besoin de modèles positifs.

Nous voyons beaucoup de modèles négatifs, parce que nous portons notre attention sur les modèles négatifs.

Je vous ai parlé des médias tout à l'heure. Peut-être pour attirer du public, ils ont tendance à nous montrer toujours ce qui ne va pas, des gens qui ont de mauvais comportements, et non des modèles positifs.

Pour devenir un peu plus nous-même des modèles positifs, on peut puiser par exemple sur la recommandation suivante du Shimbashira qu'on peut trouver dans sa deuxième Instruction.

« Lorsque chacun mène sa vie avec un cœur sincère, une harmonie s'installe à l'intérieur de sa famille et son « principe de persuasion » se réfléchit à l'extérieur. En éprouvant de la reconnaissance envers les protections infinies d'Oyagami et en nous réjouissant de ses dons, semons les graines de la Vie de Joie dans chaque partie du monde, en tant que « personne digne d'admiration » ! ».

Ce « principe de persuasion », c'est un principe qui agit au-delà de notre volonté. C'est quelque chose qui va émaner de nous lorsque la sincérité s'installe dans le cœur.

Par exemple actuellement, en période d'élection, on parle beaucoup des hommes politiques. Ils ne sont pas vraiment convaincants parce qu'ils pensent surtout à se faire élire et ne croient que très peu à ce qu'ils disent. Il y a au fond un manque de sincérité, alors qu'il serait vraiment très utile d'avoir comme modèle des gens avec des convictions mais, surtout habités par la sincérité et travaillant pour le bien commun. Cette attitude donnerait certainement beaucoup de forces à un grand nombre de personnes grâce au « principe de persuasion ».

Regardons maintenant dans notre entourage et nos vies respectives. Si on cultivait davantage la joie, la sincérité du cœur, le pardon, ce principe émanerait un peu plus de nous-même et ça entrainerait beaucoup de gens autour de nous dans une dynamique positive.

Ce « principe de persuasion » est un principe contagieux qui se transmet naturellement. Donc, nous avons besoin de rencontrer des êtres positifs dont le « principe de persuasion », basé sur la sincérité, est fort.

Nous pouvons lire dans l'Ofudesaki :

Vous vous demandez peut-être ce qu'est cette Voie ?
C'est celle de l'entraide totale.Ofudesaki XIII, 37

Il existe des études scientifiques sur l'altruisme qui ont montré que plus les gens sont altruistes et ouverts aux autres et plus ils sont heureux et s'épanouissent. En fait ces études nous confirment que l'on reçoit en donnant.

Nous lisons dans l'Okakisage :

« Dans l'acte de se dévouer, de faire des efforts, j'entends se sauver mutuellement. Et se sauver mutuellement est un principe de mon enseignement. Celui qui sauve autrui agit en vertu de la véritable sincérité et en sauvant il se sauve lui-même. »

Ce qui compte, c'est l'action de compassion, l'action qui va permettre à une personne en difficulté de l'aider à régler son problème ou d'être entrainer dans un champ dynamique positif. Cette concrétisation par les actions est quelque chose de très important. Dans notre Voie nous appelons cela, le hinokishin. C'est également ce que veut dire la phrase: « L'édification matérielle et l'édification spirituelle vont de pair ». Le terme construction matérielle, n'étant pas seulement réservé, à la construction de bâtiments.

Le fait de partager, de s'intéresser aux autres, de se décentrer, de ne pas être tout le temps tourner vers son égo et ses problèmes, cela va nous permettre de grandir, de nous ouvrir, de dépasser nos propres problèmes. Et là il se produira un phénomène, un cercle vertueux, où plus on va aller dans ce sens-là et plus la joie va ressortir, plus on deviendra heureux et où plus on va partager, plus on s'épanouira et où, finalement, plus on participera à la construction d'un monde meilleur.

Qu'est-ce qui nous empêche d'enclencher ce cercle vertueux ?

Oyasama nous dit :

Partout dans le monde, c'est toujours la même chose,
Il n'y a qu'inertie dans les cœurs.

À partir de maintenant, changez à fond votre cœur
Et faites-le déborder de joie ! » OfudesakiXIV, 23-24

On peut cependant se poser la question : « comment faire pour que le cœur déborde de joie ? » Car nous pouvons remarquer que la joie ne se décrète pas. On ne peut pas décréter la joie, par exemple on ne peut pas dire : « tiens aujourd'hui je vais être joyeux ou triste ». On l'est ou l'on ne l'est pas, c'est un état.

Il y a une grande différence entre la joie et le plaisir. Le plaisir c'est quelque chose que l'on va chercher à l'extérieur, comme par exemple ce soir je vais aller au cinéma, ça va me faire plaisir ou bien au restaurant, en vacances etc... Ou encore j'ai plaisir à manger quelque chose que j'aime.

Le plaisir c'est quelque chose qui vient de l'extérieur, alors que la joie est un sentiment qui vient de l'intérieur, c'est une émanation.

Même si nous ne pouvons pas la commander, la décréter, nous pouvons quand même la cultiver.

On va cultiver la joie en favorisant un état d'esprit, une attitude qui nous permettra de mieux l'accueillir, ou plutôt de la laisser remonter à la surface ; car elle réside toujours au plus profond de notre cœur.

Elle apparaîtra lorsque nous favorisons l'attention, une attention tranquille avec une plus grande qualité de présence dans ce que l'on fait ; où plutôt que de nous focaliser sur les résultats, nous serons davantage attentifs à ce que l'on fait au présent.

Par exemple, si vous vous promenez dans la rue, dans la nature et que vous avez tout le temps l'esprit préoccupé par autre chose, vous marcherez de façon automatique, un peu comme un robot. Si vous êtes attentif, vous regarderez bien avec vos yeux, vous sentirez avec le nez vous écouterez avec vos oreilles. À ce moment-là, d'un coup vous allez être touché par la beauté du monde, par un visage, un coucher de soleil, par une harmonie et une joie extraordinaire va survenir. Et ceci est valable pour tous et pour tout.

Ensuite la joie est en rapport avec la bienveillance. C'est-à-dire que les sentiments négatifs comme le repli sur soi, la peur, le fait d'être jaloux, envieux, rancunier, ont un effet totalement négatif qui ne peuvent permettre à la joie de s'exprimer. En se débarrassant de ces comportements négatifs, on devient davantage soi-même.

Le fait de devenir soi-même provoque là aussi une remontée de joie qui peut être extraordinaire.

Un autre point important est de s'accorder aux autres et au monde. Une des raisons du Service enseigné par Oyasama est de nous permettre cette reconnexion et en même temps de ressentir le fait que chacun à sa place, par ses différences, a quelque chose d'unique à apporter aux autres et au monde.

On dit que le Service est un entrainement à la Vie de Joie où chacun est différent, avec un rôle différent, un instrument de musique différent, chacun y est à sa place et apporte un principe particulier.

Le Service va nous aider à trouver notre place dans ce vaste monde. Il est enseigné :

Ceci, cela, tout, le monde entier est le corps de Dieu.
Réfléchissez-y donc !Ofudesaki III, 40

Le vaste monde c'est à la fois tout notre système solaire, notre planète la terre, la nature, mais aussi tous les êtres sensibles, tous les êtres humains, nos proches et les êtres lointains.

Y trouver notre place, c'est nous permettre de nous relier aux autres dans cette communion particulière.

Une des particularités du Service, c'est de nous conduire à cette relation d'unité avec les autres, le monde et notre Parent. Cette relation nous place dans une très grande joie.

Ce cheminement nous amène donc en même temps dans deux directions, l'une vers l'intérieur, vers plus de nous-même et l'autre vers l'extérieur le monde et les autres, nous permettant d'accéder à une joie de plus en plus présente.

Enfin, la joie suprême rayonnera de notre cœur quand, en regardant le Ciel, nous aurons la conviction d'être aimé totalement par notre Père et notre Mère Céleste, Oyagami, Tsukihi.

Dans l'Ofudesaki nous lisons :

Je ne suis qu'amour pour tous mes enfants
Et ne fais entre eux aucune différence.

Pour Tsukihi, tous les êtres sont ses enfants
Et il est plein d'amour pour eux.Ofudesaki, XV 69, XVI 31

L'Enseignement cependant nous dit qu'on ne peut vraiment grandir et avancer vers l'état de joie qu'en traversant des expériences personnelles. Ainsi, Cela ne suffit pas d'écouter des discours ou de lire des livres qui peuvent nous aider et nous éclairer, mais ne remplaceront jamais l'expérience du chemin de vie.

Voici ce que l'on peut lire dans l'Ofudesaki :

Je parle à présent par l'image du chemin.
Cela concerne tout le monde.

Par-delà des montagnes abruptes, des buissons d'épines,
Le long de précipices, sur des lames d'épée,

Vous devrez encore traverser flammes et gouffres,
Avant d'arriver sur un étroit chemin.

Au bout de cet étroit chemin poursuivi pas à pas,
Voici une large voie : assurément la vraie Voie !Ofudesaki, I, 46, 47, 48, 49

En conclusion, nous pouvons comprendre que pour transformer ce monde en monde meilleur, les recettes miracles n'existent pas, c'est en nous dirigeant vers un état de pure sincérité que le monde petit à petit grâce au « principe de persuasion », se transformera en monde meilleur.

Mais j'ai la sensation qu'aujourd'hui, être positif ou même utopiste c'est un état d'esprit qui va de pair avec la sincérité du cœur et c'est ce qu'Oyasama nous demande.

En étant attentif aux indications et à la guidance d'Oyasama dans nos vies respectives on peut devenir son instrument dans son œuvre de transformation du monde.

Je termine en citant ces deux versets de l'Ofudesaki :

A partir d'aujourd'hui, j'ouvre l'ultime Voie
Et j'exalte le cœur du monde entier.

Par ce Service sans précédent depuis la Création du monde,
Je recommencerai ce monde et l'assurerai en paix.Ofudesaki : II, 1 ; VI, 8

Je vous remercie de votre attention.