Tenrikyo Europe Centre

Loading ...

Discours du Service mensuel d'août '07

Takayuki ONOUE (Chef de Tenrikyo UK)

Je suis très heureux d'avoir pu exécuter le Service mensuel du mois d'août dans la joie. Si vous le permettez, je vais vous faire un discours.

Je vais des à présent commencer mon discours et je vous remercie de bien vouloir m'écouter. A cette occasion, j'aimerais vous parler de la signification du Teodori, ou si vous préférez des danses avec les mouvements de mains, du Yorozuyo et des 12 Hymnes lesquels j'ai étudiés jusqu'à maintenant.

J'ai parlé des Danses sacrées et des 12 Hymnes, car j'ai eu récemment la sensation que je devais approfondir mes connaissances sur la signification profonde de chaque verset et de chaque hymne. Lors du Service du mois de mars au Centre du Royaume-uni, avant l'ouverture du Service, un croyant très zélé m'a demandé d'un air très joyeux, «M. ONOUE, aujourd'hui un de mes amis va venir assister au Service pour la première fois. Il n'a aucune connaissance sur Tenrikyô. Ayez la gentillesse de lui expliquer Tenrikyô en détail». Ce jour-là, ce croyant allait nous parler de ses expériences sur le chemin de la foi après le Service. J'ai pensé que ce serait une très bonne occasion et je lui ai répondu, «bien sûr, j'aurai plaisir à lui parler».

Juste avant le début du Service, l'ami de ce croyant arriva et nous n'échangeâmes qu'une brève salutation puis, le Service commença. Au début du Service assis, en pratiquant les gestes des mains je me suis brusquement demandé si ce croyant avait expliqué à son ami le programme du service mensuel ainsi que la signification approximative du Service. Je me suis également demandé si son ami pourrait rester jusqu'au discours qui se tiendrait dans une heure et demie. Au Centre du Royaume-uni, le nombre des officiants pour le Service n'est pas suffisant ce qui fait que presque tout le monde se voit attribuer deux ou trois rôles au cours de la cérémonie. Autrement dit ils sont occupés du Service assis jusqu'au Douzième hymne. Ce croyant et moi-même nous trouvions dans cette situation ce jour-là. Attentionné, ce croyant regardais son ami de temps à autre alors qu'il jouait d'un instrument. Au cours de la deuxième partie des Danses sacrées, je remarquais que son ami n'était plus dans la salle de prière. Je me demandais s'il était allé au toilette ou s'il était sorti faire une pause.Mais comme nous le craignions, il semblait bien qu'il fût parti. Une fois le douzième hymne terminé, je l'ai cherché pendant un petit moment mais je ne l'ai trouvé nul part. Le discours de ce croyant était tellement merveilleux que j'aurais voulu que son ami l'ait entendu . Mais il était trop tard. Le croyant semblait lui aussi très déçu. Il m'a dit qu'il n'avait pas donné beaucoup d'explications à son ami sur le Service mensuel.

Je suppose que parmi vous, nombreux sont ceux qui ont eu une expérience semblable. Que pensez-vous que nous devrions faire en de telles occasions? Je crois qu'il est important de bien expliquer, et ce avant, les différentes étapes du Service mensuel. C'est-à-dire, «nous procédons à l'ouverture des portes de l'autel, à la présentation des offrandes, à la lecture de la prière, et enfin au service assis et aux Danses sacrées, du Yorozuyo au Douzième hymne. Que cela prend environ deux heures. Qu'après cela nous écoutons un discours d'une vingtaine de minutes et qu'ensuite nous partageons soit une collation soit un repas». Nous devrions également donner une explication des hymnes pour le Service dans la langue des personnes qui viennent nous voir. Ce jour-là, nous lui avons fourni une version anglaise. Nous pourrions donner un prospectus sur Tenrikyô. Nous pourrions aussi demander aux fidèles qui sont libres à ce moment là de s'occuper de ceux qui viennent pour la première fois. Au TEC, des brochures contenant de brèves explications des hymnes sont toujours à disposition et je pense que cela est très bien. J'aimerais faire une telle brochure pour le Centre du Royaume-uni.

Bien que je me demande si je suis le seul à penser de cette façon. Lorsque je m'interroge, sur le niveau de compréhension que j'ai atteint par rapport à un résumé ou sur l'ensemble de chaque hymne, que ce soit le premier hymne, le deuxième ou les danses avec les mouvements de mains ou encore sur l'interdépendance qu'il y a entre les hymnes, et non pas de chaque versets en tant que le premier, le deuxième, je ne peux que douter. Quand est il pour vous autres ? Je pense que ce genre de compréhension est important.

En plus de la traduction des hymnes déjà publiée, je souhaite que nous puissions avoir en complément, une brochure ayant un résumé ou une vue d'ensemble de chaque hymne afin de faciliter la compréhension des fidèles. Il se peut que certaines églises, centres missionnaires ou centres du département d'outre Mer aient déjà ce genre de brochure. Merci de me le faire savoir si vous avez ce genre d'information. J'ai eu d'autres occasions de penser à cela et j'en ai conclu qu'il me fallait étudier encore et encore le Mikagurauta. Maintenant, je voudrais vous parler de ce que j'ai appris.

La plupart des personnes présentes comprennent bien le Service. Mais j'espère que ce sera pour eux l'occasion de confirmer leur compréhension de la signification des mouvements des mains qui accompagnent les danses. Pour ceux qui ne connaissent pas le Service de Tenrikyô, j'espère que cela les aidera pour leur futur compréhension.

Comme vous devez le savoir, le Service pratiqué chaque mois à l'Eglise-mère, est composé de deux parties, le Service du Kagura et le Teodori autrement dit, les Danses sacrées avec les gestes des mains. Le Service du Kagura est exécuté au Jiba autour du Kanrodai par dix officiants dont les gestes représentent les fonctions protectrices d'Oyagami à la Création des hommes et du monde. Suite au Service du Kagura, les Danses sacrées sont exécutées par trois hommes et trois femmes. Les deux parties sont célébrées en harmonie avec la musique des neuf instruments de musique. Les chants qui les accompagnes sont, soit le Mikagurauta, soit les hymnes pour le Service. Le Rév. Tadamasa FUKAYA, décédé cette année, nous dit dans son livre intitulé «Commentaire sur le Mikagurauta, les Hymnes pour le Service»,

«Le Kagura symbolise l'œuvre miraculeuse de la Création et le mystère de la vie. Les douze hymnes du Teodori expliquent plus concrètement le sens et le contenu du Kagura».

Par le même principe du Service exécuté au Jiba, le Service assis et les Danses sacrées sont effectués chaque mois dans toutes les églises du monde.

Nous allons commencer par le Yorozuyo. Il commence par : «Embrassant du regard toutes les terres et tous les temps, Je n'y vois personne qui ait compris Ma volonté» et se termine par «Dans Ma hâte à sauver tous les hommes, Je commence à fortifier leur cœur».

C'est la première partie de la Danse sacrée. Les paroles sont presque identiques aux huit premiers versets de l'Ofudesaki. Cet hymne résume de façon concise la totalité de l'enseignement de Tenrikyô. Dans cet hymne, Dieu exprime son intention de se mettre des à présent à sauver le monde entier. Il déclare la fondation de l'enseignement, l'intention profonde de Dieu, l'idéal majestueux du Salut universel, la Voie suprême de sauver et d'être sauver.

Le premier hymne commence par «Un, O prodige du Sazuke de la Fertilité, accordé au nouvel an» et il se termine par «Dix, L'abondance des récoltes vous sera assurée».

Le premier Hymne nous enseigne le Sazuke, Don Divin, en faisant une métaphore agricole. Cet hymne exprime un état d'esprit priant Dieu avec ferveur pour sa bénédiction A cette époque, la majorité des fidèles était des fermiers. La Vie de Joie leur est expliquée en utilisant des images se rapportant à leur propre travail et à leur vie quotidienne et Oyasama les instruit en prenant des exemples en relation avec la vie et l'environnement de chacun.

Le deuxième hymne commence par «Marquant la cadence, O joie de la première danse de l'année !» et il se termine par «Dix, La paix règnera en tous lieux».

Il nous parle du Service. Il nous enseigne comment sauver les gens par la pratique du Service ainsi que l'importance de l'état dans lequel se trouve notre cœur au moment du Service. La Vie de Joie sera réalisée par l'édification du cœur et celle du Salut universel à travers le Service. Il enseigne la Vie de Joie avec des termes concernant les relations humaines tels que la santé et la paix.

Le troisième hymne commence par «Un, Là où naît le soleil , à Shoyashiki, Lieu du Service, Là se trouve l'origine du monde» et il se termine par «Dix, Nul doute qu'en te manifestant cette fois, Tu ne sois le vrai Dieu».

Cet hymne nous enseigne le lieu du Service pour le Salut universel. Nous pouvons trouver la particularité de la foi de Tenrikyô dans cet hymne. Dans cet hymne et dans le suivant, les éventails sont utilisés pour certains versets, ce qui fait que nous sentons que Dieu nous demande d'y faire attention et d'en prendre grand soin. Il enseigne l'importance du Lieu du Service ainsi que l'importance de semer des graines de sincérité au berceau natal. Il instruit aussi qu'Oyagami est le Dieu originel et véritable.

Le quatrième hymne commence par «Un, Laissez les gens dire ce qu'ils veulent. Dieu veille : soyez sereins.» et il se termine par «Dix, Mon cœur est parfaitement purifié cette fois. Grâce en soit rendue à Dieu».

Le quatrième hymne nous dit l'état d'esprit que les fidèles de la Voie doivent atteindre. Afin de suivre progressivement le chemin de la maturité spirituelle, il est très important que les époux s'entraident, exécutent ensemble le Service et que leurs cœurs soient joyeux. Il enseigne la façon d'apaiser le cœur à l'égard de la Vie de Joie.

Le cinquième hymne commence par «Un, Dans ce monde si vaste, Il reste sans doute bien des lieux où sauver les hommes» et il se termine par «Pour rester inébranlable dans notre foi, Unissons-nous en confréries».

Il nous informe du Salut de la Voie ainsi que du Jiba, origine du Salut. Le Jiba est l'origine de la Création des hommes. Comme preuve, nous pouvons y recevoir le don de l'accouchement aisé et la protection contre la variole. Et comme ce lieu et le Jiba des origines nous recevrons le Salut merveilleux contre la maladie et contre les calamités personnelles. Il nous enseigne aussi à suivre la foi en formant une confrérie.

Le sixième hymne commence par «Un, Le cœur des hommes, est enclin à la méfiance» et il se termine «Dix, Or cette fois, vous avez vu l'oracle de l'éventail, O merveille !»

Il nous explique le processus de la foi. Le cœur des hommes est enclin à la méfiance et rempli de poussières. Dans ce cœur, nous accumulons un mauvais innen qui nous empêche d'être sauvé. La foi de cette Voie nous permet de changer notre cœur et d'être sauvé. Même après avoir connu la joie de la foi, enclins à la méfiance, nous avançons et reculons sur le chemin. Cet hymne nous instruit sur le processus de notre maturité spirituel en passant par différents chemins.

Le septième hymne commence par «Un, La moindre parole peut être hinokishin. Je répands simplement le parfum de Dieu» et il se termine par «Dix, Bienvenue à tous ceux qui cette fois viennent semer ici. Leurs grains fructifieront sans qu'ils aient besoin d'engrais !»

Cet hymne nous parle d'une pratique de la foi en la comparant à la terre et aux semailles. Il enseigne aussi la manière d'être sauvé grâce à l'exhale-parfum, la façon correcte de suivre la foi, la formation des fidèles, le redresseur et le nourrisseur, la dévotion et la contribution à la foi. Il nous enseigne l'importance de transformer notre désir d'être sauvé en celui de sauver autrui.

Le huitième hymne commence par «Un, Dans ce monde si vaste, au cœur de tant de terre, Ne trouverai-Je point pierres et arbres ?» et il se termine par «Dix, Dans le monde entier, cette fois, Tous les cœurs sont parfaitement purs.»

Dans cet hymne, notre avancée sur la Voie est comparée à l'édification. Il nous dit l'importance de ramasser les matériaux de l'édification. L'édification merveilleuse doit s'accomplir par l'union des cœurs purifiés. Il peut être dit que l'édification est basée sur le travail fondamental de la dévotion et de la contribution dont on parle également dans l'hymne précédant.

Le neuvième hymne commence par «Un, Frappant des mains Je parcours le vaste monde, Et purifiant les cœurs une fois, deux fois. Je m'avance, sauvant les hommes.» et il se termine par «Maintenant que vous invoquez, le nom de Dieu, Venez vite ici, au lieu originel.»

Il nous parle de la vocation des yoboku qui sont rassemblés pour l'édification, que le chemin de la maturité spirituel en tant que missionnaire se réalise grâce à l'exhale-parfum et au travail pour le Salut Universel . Selon l'enseignement, nous pouvons être sauvés à la mesure de notre cœur. En outre il est enseigné qu'il est important que le cœur humain s'accorde parfaitement avec celui de Dieu.

Le dixième hymne commence par «Un, Sonder le cœur des hommes N'est pas une entreprise facile» et il se termine par «Dix, Cette fois, elle s'est manifestée : Elle a sa source dans le cœur».

Il nous enseigne la modification du cœur ainsi que l'innen (causalité). Il parle de l'enseignement qui doit être transmit par les yoboku qui s'attachent à l'exhale-parfum et au travail pour le Salut universel. Le corps humain est un prêt de Dieu, une chose que nous empruntons où seul notre cœur nous appartient.Cet hymne nous enseigne que nous pouvons être sauvé des maladies selon l'état du cœur, et il nous instruit sur l'origine des maladies.

Le onzième hymne commence par «Un, Là où naît le soleil, à Shoyashiki, Là Dieu fixe le lieu de Sa demeure, le Jiba» et il se termine par «Dix, Cette année, sans nul engrais Abondante seront les récoltes. Gage d'espérance ! Grâces soient rendue à Dieu».

Ici il enseigne le hinokishin en se référant aux fidèles qui se dédièrent à l'édification de la maison de Dieu Parent, laquelle deviendra le lieu central de la Vie de Joie. La pratique du hinokishin est une façon d'exprimer notre foi et cet hymne nous enseigne que la maturité spirituelle doit s'exprimer de façon visible.

Le douzième hymne commence par «Un, Le charpentier d'abord interroge le dessein de Dieu, Puis Je le charge de toutes les directives» et il se termine par «Dix, Voici maintenant que sont assemblés Tous les charpentiers».

Il nous enseigne le développement de la Voie, son processus et le changement du monde en les comparant à l'édification réelle du Lieu du Service. Il se réfère à l'achèvement total des édifications, matérielle et spirituelle, c'est-à-dire la Voie à travers la Vie de Joie. C'est le dernier hymne de la Danse sacrée. Le Révérand Takanori NAGAO, officiant du Service de l'Eglise-mère écrit dans un article «Le cœur des hymnes du Service» du journal mensuel «Michi-no-Tomo» ; «dans cette douzième Danse sacrée, nous ne faisons jamais de pas vers l'arrière, nous avançons toujours. Cela montre, presque parvenu à la fin du service, que nous avons désormais la ferme résolution de ne jamais reculer quoi qu'il puisse arriver».

Je pense que le contenu de Yorozuyo et des douze hymnes peut être ainsi résumé. Il semble qu'au fur et à mesure que les hymnes passent, la foi évolue d'une pensée personnelle et égoïste vers la sincérité et une attitude juste.

Nous sommes d'abord instruit de l'existence de Dieu. La Danse sacrée commence par la préface «fortifier les cœurs des hommes» et que commence le salut du monde. Nous recevons sa protection par le Sazuke de la «Fertilité» et le Service «Danse», si bien que nous pouvons connaître la joie de la foi. Nous connaissons par la suite le Lieu du Service, qui est situé au Jiba, origine de la Création et l'existence d'Oyagami Dieu Parent. Le commencement de notre foi est que «les époux raffermissent leur cœur l'un par l'autre» cela faisant, se manifeste le Salut merveilleux tel que «le don de l'accouchement aisé et la protection contre la variole» de ce fait, les gens commencent à se rassembler petit à petit. Pourtant le cœur des hommes «est enclin à la méfiance» de sorte qu'il est difficile d'avoir profondément la foi.

Donc comme façon concrète de pratiquer la foi, Dieu nous instruit de semer des grains dans une «terre», Jiba. Au moment où nous nous attachons à semer, nous deviendrons Yoboku, bois d'œuvre pour l'édification de la Vie de Joie. Puis des «pierres et arbres» qui peuvent travailler de différentes façons, se réunissent du monde entier. La vocation des yoboku est de propager l'enseignement, exhale-parfum, et le Salut. Ils doivent se dévouer au Salut universel en transmettant l'enseignement «purifiant les cœurs une fois, deux fois». A ce moment-là, l'enseignement fondamental que nous devons transmettre, est la chose prêtée/empruntée par laquelle nous comprenons l'un et l'autre que «la maladie a sa source dans le cœur». En prenant conscience de l'innen (causalité) avec l'attitude mental de tanno(acceptation), nous effectuons quotidiennement le hinokishin «porter les paniers de terre». Alors «le nombre nécessaire de charpentiers est assemblé» et nous pouvons enfin entamer l'édification de la Vie de Joie.

Mon discours d'aujourd'hui n'est basé que sur mon interprétation personnelle de différents livres que j'ai lu tout en y ajoutant mes propres connaissances. C'est pourquoi je vous demande de ne pas considérer mon interprétation comme la bonne interprétation mais simplement comme une interprétation possible parmi tant d'autres. Je vous remercie également de bien vouloir me signaler mes erreurs et/ou si j'ai eu une compréhension erronée de certains passages.

J'aimerais pouvoir pratiquer le Service en saisissant la volonté profonde d'Oyagami non seulement dans chaque verset mais aussi dans chaque hymne et être capable de saisir l'Amour profond de Dieu Parent dont est pénétré chaque hymne, en partant de Yorozuyo et en allant jusqu'au Douzième hymne. Et j'ai également pensé qu'en approfondissant ma propre compréhension du Mikagurauta, je serais alors plus à même de l'expliquer à ceux qui y assistent pour la première fois.

Le 7 juillet dernier, à l'Assemblée des yoboku qui s'est déroulée ici même, le Rév. Noriaki NAGAO, Président du TEC, a déclaré «en 2010, nous célébrerons le Centenaire de la Mission de Tenrikyo en Europe, le Quarantième anniversaire de la Fondation du TEC ainsi que le Dixième anniversaire du Centre du Royaume-uni. Nous projetons d'organiser une activité spéciale pour cette heureuse occasion.» Les détails en seront publiés plus tard. Je crois déjà que le Service sera au cœur de cette activité. Oyasama a abrégé sa vie de vingt cinq ans et a hâté l'accomplissement du Service. Oyasama nous enseigna que le service est la voie fondamentale pour le salut du monde. En l'année 210, année commémorative qui ce tiendra d'ici trois ans, j'espère que tous les fidèles Européens se ressembleront à l'unisson des cœurs pour qu'Oyagami et Oyasama se réjouissent de les voir exécuter le Service. A cette fin, je voudrais comprendre l'Amour et la bienveillance contenus dans le Service. En me familiarisant beaucoup plus avec les hymnes, en pratiquant le Service chaque jour et chaque mois avec sincérité.

Je crains de ne pas avoir une assez bonne compréhension du service et du Mikagurauta pour me permettre de vous en parler aujourd'hui mais, à cette occasion, je vous ai parlé ce que j'ai récemment appris et pensé dans mon cœur ce qui je crois, me permettra de franchir un nouveau palier pour mon évolution spirituelle. Je vous prie de bien vouloir continuer à m'instruire.

Je vous remercie de votre attention.