Tenrikyo Europe Centre

Loading ...

Discours du Grand Service d'octobre '16

Yoshihisa HASEGAWA (Chef du TEC)

Nous venons donc d'effectuer ensemble la grande célébration du mois d'octobre.

En plus de nos prières pour la paix dans le monde et le secours de chacun que nous effectuons lors de toutes les célébrations mensuelles, cette grande célébration d'octobre revêt une signification supplémentaire, qui consiste à avoir une profonde pensée pour le jour commémoratif de la fondation de l'enseignement, le 26 octobre 1838.

Aujourd'hui au TEC, nous avons réalisé sans encombre le service en vertu de celui qui se réalise autour du Kanrodai en ce jour de célébration au Jiba. Je voudrais que nous tous profitions ensemble de l'occasion pour de nouveau raffermir notre résolution consistant à répondre au qutodien au dessein d'Oyagami et à la bienveillance parentale d'Oyasama.

Voici les premiers mots transmis aux hommes et prononcés par Oyagami Tenri-o-no-Mikoto à travers la bouche d'Oyasama au moment de la fondation de l'enseignement : « Je suis le Dieu originel, le Dieu véritable. Depuis toujours cette Résidence était prédestinée et voici que je suis venu du ciel pour sauver l'humanité entière. Donnez- moi Miki pour Temple de Dieu. »

Dans ces paroles divines sont proclamés le fait qu'Oyagami ne représente pas seulement le Dieu créateur de ce monde, mais également le Dieu qui aujourd'hui encore continue d'apporter aux êtres humains sa protection, et également le fait que le but de son apparition sur terre était de « sauver l'humanité entière », à savoir moi, vous et toutes les autres personnes vivant sur cette terre. Je pense que vous avez bien compris que quand il parle de nous sauver, il entend par là nous guider afin que nous puissions mener une Vie de Joie.

Entendant la requête d'Oyagami lui demandant de lui donner Miki pour temple de Dieu, Zembei, le mari d'Oyasama a dans un premier temps fermement refusé, avant finalement d'accepter après un long dialogue de plusieurs jours avec Oyagami.

Essayez donc d'imaginer de quelle manière vous auriez réagi si vous aviez été à la place de Zembei.

Bien sûr, les réactions et réponses apportées à une telle demande auraient été propres à chacun, mais puisqu'elle venait d'Oyagami, j'imagine que certains n'auraient pas hésité une seconde pour y répondre de manière favorable.

En fait, il me semble bien que comparé au Zembei de l'époque, il est plus facile pour nous de croire en la sincérité des paroles d'Oyagami. Tout simplement parqu'à l'époque actuelle où 170 années se sont déjà écoulées depuis le commencement de Tenrikyo, le développement et l'essor pris par l'enseignement au Japon et partout dans le monde donnent du crédit à la véracité de ces paroles.

En réfléchissant de la sorte, on peut comprendre la force de la détermination qu'il a fallu à Zembei pour croire en ces paroles, car Oyagami ne lui avait encore rien montré de concret.

Il y a dans l'Ofudesaki les versets suivants :

Ecoutez bien toutes les paroles de Tsukihi :
Si votre cœur est affermi.12-18

Alors votre corps ne connaîtra point la souffrance
Et votre cœur sera toujours plus exalté !12-19

Comparé à d'autres pays ou continents, on ne peut pas dire que le développement de la Voie en Europe de nos jours soit tout à fait à son avantage. En effet, l'Europe offre un environnement dans lequel poursuivre un cheminement spirituel en étant doté d'une ferme résolution demande du temps ; et même pour ceux qui ont grandi dans une famille de fidèles, il est parfois difficile pour eux de conserver un sentiment de proximité avec Oyagami et Oyasama, influencés qu'ils sont par leur entourage et un environnement de vie qui ne comptent que très peu de fidèles de la Voie.

Si vous aussi, à l'intérieur de vous-mêmes, vous mettez à éprouver une inquiétude similaire quant au futur, et que vous ne vous sentez plus la force de poursuivre votre cheminement sur cette voie, essayez donc de vous remémorer la détermination prise par celui que l'on peut considérer comme le tout premier croyant de Tenrikyo, Zembei, ainsi que ces paroles d'Oyagami nous disant : « Il est normal que maintenant vous connaissiez l'inquiétude mais un jour viendra, dans vingt ans, dans trente ans, où vous serez tous convaincu que j'avais raison. »

Afin de nous mener vers la Vie de Joie, Oyagami s'est donc manifesté à travers Oyasama qui, en tant que Dieu Parent sur terre, a guidé les gens de l'époque en leur faisant bénéficier de l'affection et de l'amour inconditionnels qu'un parent peut accorder à ses enfants.

Quand j'ai réfléchi à ce qui constituait le noyau central du mode de vie originel que nous a enseigné Oyasama, un mot m'est immédiatement venu à l'esprit, celui de reconnaissance. Cela nous est également enseigné dans les paroles suivantes d'Oyasama : « Il n'y a pas de souffrance quand la reconnaissance est là, alors que les ennuis arrivent quand on l'oublie »

Il s'agit de la reconnaissance envers Oyagami, et envers toutes les personnes qu'Oyagami nous a fait rencontrer, à commencer par nos parents, nos frères et sœurs et nos enfants.

Dans les moments où nous sommes baignés de ce sentiment de reconnaissance, la « joie » va à coup sûr naître dans le cœur. Cette joie correspond précisément à la joie provenant de l'innen originel constitué au moment de la création par Oyagami, et que l'on pourrait qualifier de joie principale ou originelle qu'il nous attribue en tant que particularité humaine.

Voilà ce à quoi correspond la « joie » dont il est fait référence dans la « Vie de Joie ».

On trouve dans le Mikagura-uta le verset suivant :

« L'eau trouble est pareille à l'avidité sans limites.
Quand le cœur est parfaitement pur, le paradis est là. »X-4

J'ai l'impression que le « cœur pur » dont il est question ici peut également être interprété comme un « cœur débordant de reconnaissance ».

De cette reconnaissance va naître un cœur humble, un cœur rempli de modération qui sera à l'abri de l'orgueil et de l'avidité. Et de cette reconnaissance va également naître un cœur empreint de sollicitude pour autrui, à savoir un cœur enclin à l'entraide mutuelle.

D'après Richard Leakey, célèbre paléoanthropologue, ce sont précisément les règles qui régissent nos obligations qui font de nous des êtres humains. Il explique ainsi comme ceci : « Si les hommes ont survécu jusqu'à aujourd'hui, c'est parce qu'ils ont su développer un système de partage de la nourriture et des inventions techniques. cette aptitude leur vient de cette particularité humaine qui est de ressentir de la gratitude pour autrui, et de la traduire en action. »

Concernant notre foi en Tenrikyô, il conviendra de nous demander si le sentiment de reconnaissance présent dans notre cœur est en augmentation ou pas, afin de savoir si les changements qui s'opèrent nous conduisent dans la bonne direction.

Bien évidemment, cette reconnaissance ne doit pas se limiter à un sentiment éprouvé de manière éphémère uniquement lorsque quelque chose de bien nous arrive, mais doit plutôt constituer un état qui lui permette de s'exprimer naturellement à n'importe quel moment et en toutes circonstances.

C'est dans ce but qu'Oyasama nous a transmis l'enseignement, à commencer par la vérité sur la création, le principe de la chose prêtée empruntée et de l'innen. Et de manière à ce que nous puissions être convaincu de la fiabilité de cet enseignement et le mettre en pratique, elle nous a montré de merveilleuses manifestations de sa protection, et nous a laissé un modèle à travers sa propre existence.

Comme on peut le voir dans ce verset du Mikagura-uta,

« Dieu est semblable à l'eau :
Il lave les impuretés du cœur. »V-3

Oyasama nous invite à effectuer le service chaque jour, matin et soir, afin qu'Oyagami balaye les poussières accumulées dans notre cœur.

A ce propos, j'ai une vision tout à fait personnelle du travail qui se produit à ce moment-là. Lorsque nous récitons avec toute notre gratitude le nom divin Namu Tenri-O au moment du service qui reproduit la création des hommes, c'est comme si de l'eau divine se mettait à jaillir de la fontaine de reconnaissance qu'Oyagami a conféré à notre âme, nettoyant petit à petit les poussières collées à notre cœur, et permettant enfin de faire couler continuellement une magnifique eau de reconnaissance à la surface du cœur.

Même si nous le sentons et le comprenons à travers notre intellect, il est parfois difficile de faire déborder notre cœur de ce sentiment de reconnaissance. Pour ce faire, il faudra tout d'abord faire en sorte d'abandonner toutes ces idées d'attachement à soi qui nous poussent à rechercher notre propre plaisir ou à attirer la gratitude d'autrui. Et il sera par-dessus tout très important de nous constituer la vertu qui nous permet d'être reconnaissant et de nous réjouir.

Afin de nous constituer cette vertu, le mieux à faire sera de porter secours aux personnes qui en ont besoin, et de faire en sorte d'élaborer un plan d'action susceptible de les réjouir.

En plantant ces graines de sincérité qui nous apporteront la reconnaissance et la joie d'autrui, Oyagami s'introduira dans notre cœur, pour le changer en un cœur à même de se réjouir et d'éprouver de la gratitude pour toute chose.

En prenant garde de ne pas nous laisser entrainer dans notre foi par l'inertie de nos habitudes de vie, il est important que nous avancions sur cette voie en effectuant par moments des retours sur nous-mêmes destinés à évaluer le degré de reconnaissance qu'il y a actuellement dans notre cœur.

Et si nous nous apercevons que cette reconnaissance n'est pas suffisante, alors il sera temps d'envisager de nouveau notre approche des choses, en effectuant le service avec le sentiment de reconnaissance, et en fournissant les efforts pour réjouir autrui.

En s'appuyant sur le modèle d'Oyasama et en mettant ces deux points en pratique avec humilité, je pense que n'importe qui pourra constater les changements dans son cœur, l'amélioration de sa santé et de ses rapports humains, et vivre une existence plus abondante au quotidien.

Pour terminer, huit mois se sont déjà écoulés depuis la célébration du 130ème Anniversaire de la disparition d'Oyasama, le 26 janvier de cette année. On peut dire que nous venons ainsi de franchir un grand tournant dans le cheminement de la Voie que nous a indiquée Oyasama. Bien évidemment, cette Voie continue d'être pour nous la Voie de la pratique de la Vie de Joie que nous parcourons en étant guidé par Oyasama qui demeure toujours vivante. Nous poursuivons notre marche sur cette Voie de la transmission à autrui de notre joie et reconnaissance, cette Voie du Salut de l'humanité.

Pour ma part, je voudrais considérer le franchissement de ce tournant comme le nouveau départ en vue du 50ème anniversaire de la fondation du TEC en 2020.

Dans ce but, j'ai dans l'espoir que vous tous, vos églises d'appartenance, mais aussi toutes les églises et centres missionnaires qui se trouvent ici, vous réunissiez et rassembliez vos forces afin de faire en sorte de développer et enrichir davantage encore les activités pour la formation des fidèles.

Ainsi, je souhaite que nous tous, jeunes comme vieux, puissions continuer de progresser ensemble main dans la main sur notre chemin de la maturité spirituelle, en faisant de notre reconnaissance et de notre joie la nourriture de nos activités.

C'est par ces mots que je termine mon court discours.

Merci de l'avoir écouté.